Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

En pays de Caux, la double peine des sinistrés des marnières

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

C'est un phénomène très courant en Pays de Caux : les marnières. En octobre le ministère de la Transition écologique s'est engagé à mieux les détecter et surtout à mieux indemniser les sinistrés. La famille Argentin à Etainhus a connu 6 ans de galère à cause d'une cavité de 26m sous sa maison.

La famille Argentin, relogée pendant 2 ans et demi, a pu réintégré sa maison au terme de 6 ans de galère à cause d'une cavité souterraine de 26 m de profondeur
La famille Argentin, relogée pendant 2 ans et demi, a pu réintégré sa maison au terme de 6 ans de galère à cause d'une cavité souterraine de 26 m de profondeur © Radio France - Amélie Bonté

Étainhus, France

Dans notre région et surtout en Pays de Caux les marnières sont très nombreuses. Il s'agit de ces cavités souterraines creusées au 19e siècle pour ensuite extraire la craie. Le problème c'est que des années plus tard, de nombreuses maisons ont été construites dessus. 

C'est ce qui est arrivé à la famille Argentin que France Bleu Normandie avait rencontré il y a deux ans. A l'époque la famille était relogée parce que la maison risquait de s'effondrer à cause d'une marnière de 26 mètres de profondeur. 

Aujourd'hui, la famille a pu réintégrer sa maison mais le parcours fût extrêmement compliqué tant psychologiquement que financièrement. "On espère pouvoir enfin tourner la page", dit-elle. 

Un prêt de 43 000 € pour financer les travaux

ECOUTEZ Arnaud Argentin sur sa situation à Etainhus

Pour la famille Argentin, cette histoire de marnière a duré six ans. Depuis la découverte du puits à l'occasion d'une demande de permis de construire jusqu'à son comblement il y a un an. Entre les investigations et les travaux de rebouchage, il fallait trouver 128 000 euros.

En plus de son crédit immobilier, Arnaud Argentin a dû faire un prêt de 43 000€ pour les travaux. "Une fois que vous avez trouvé le financement ça va très vite. En deux jours il y avait 83 toupies et 587 m cube de béton sous ma maison", explique-t-il.

Il existe bien des subventions comme le fonds Barnier, qui indemnise à hauteur de 30% et ne paie le relogement que un an. C'est donc grâce à la mobilisation d'une association créée pour l'occasion que la famille a pu trouver une grande partie du financement et être relogé gratuitement pendant deux ans et demi. 

Claude Cherfils de l'association SOS marnière Etainhus : "Une tombola, un vide-grenier, une soirée-spectacle mais on n'a pas pu récupérer la totalité des fonds"

ECOUTEZ Le reportage d'Amélie Bonté chez la famille Argentin à Etainhus

131 cavités souterraines recensées à Etainhus

Rien qu'à Etainhus, commune d'un peu plus de 1.000 habitants, les géologues du BRGM (Bureau de recherche géologique et minière) recensent 131 marnières.

En octobre, le ministère de la Transition écologique s'est engagé à mieux détecter les marnières et surtout à étudier une augmentation du fonds Barnier qui indemnise les personnes dans ce type de situation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu