Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Energies renouvelables : bientôt une ferme photovoltaïque à Castelnau-de-Médoc ?

-
Par , France Bleu Gironde

La Ville de Castelnau-de-Médoc souhaite installer un parc solaire au niveau de la forêt communale. Un projet de longue date qui avance puisque la mairie vient de signer un bail avec une entreprise afin de réaliser des études. L'opposition s'en inquiète.

La Ville de Castelnau-de-Médoc souhaite installer un parc solaire au niveau de la forêt communale. (Illustration)
La Ville de Castelnau-de-Médoc souhaite installer un parc solaire au niveau de la forêt communale. (Illustration) © Maxppp - Josselin CLAIR

C'est un nouveau projet de parc solaire qui fait grincer des dents en Gironde. Loin des 1.000 hectares envisagés à Saucats, la petite commune de Castelnau-de-Médoc compte tout de même, elle aussi, produire sa propre énergie verte.

La Ville envisage ainsi de créer une ferme de panneaux photovoltaïques de 100 hectares, soit l'équivalent de la consommation d'électricité de plus de 50.000 foyers par an. Mais pour réaliser ce projet il faudrait, comme à Saucats, couper des pins puisque la mairie souhaite implanter le parc au niveau de la forêt communale. L'opposition dénonce une telle initiative.

"Inadmissible"

"A l'heure où toutes les commune veulent planter des arbres, nous on veut raser la forêt communale. C'est vraiment inadmissible", signale Jean-Jacques Armagnac conseiller municipal d'opposition. 

Avec d'autres élus de l'opposition, il s'inquiète du projet de la mairie. Selon lui, ce nouveau parc obligerait à couper 95% de la forêt communale. Une forêt pourtant indispensable à la ville estime t-il : "Nous ne voulons pas raser cette forêt pour plusieurs raisons. D'abord pour les effets hydrauliques que cela induirait car Castelnau est régulièrement soumise aux inondations et la forêt communale absorbe environ 6 millions de litres d'eau. Deuxième point : cette forêt est importante parce qu'elle réduit les émissions de gaz à effet de serre". 

Il faut produire de l'énergie verte. - Géraldo Alves, en charge de l'urbanisme et du développement durable.

Sauf qu'il ne s'agirait pas de raser 95% de la forêt mais seulement les deux tiers  répond la mairie qui rappelle que le projet est encore en réflexion. Un bail vient d'être signé avec une entreprise pour qu'elle réalise des études et tout sera décidé en fonction de cela explique Géraldo Alves, l'adjoint au maire en charge de l'urbanisme et du développement durable : "Il n'y a rien de fixé encore. Pour le moment le grand projet fait maximum 100 hectares mais il peut faire moins, ça dépendra des études. L'idée, c'est vraiment que Castelnau soit un territoire à énergies positives parce qu'on a besoin de produire de l'énergie renouvelable. Aujourd'hui en France, on produit notamment l'électricité à partir du nucléaire mais aussi à partir d'hydraulique, de fioul et de charbon. Donc pour diminuer le carbone de l'électricité, il faut produire de l'énergie verte."

Premier coup de pioche en 2024 ?

De son côté, l'opposition ne se dit pas totalement contre le photovoltaïque : "Que l'on fasse du photovoltaïque ce n'est pas gênant puisqu'ils vont faire une ombrière à l'entrée de Castelnau sur un parking et ça ne nous dérange pas. Mais que l'on rase la forêt pour faire du photovoltaïque, c'est inconcevable", ajoute Jean-Jacques Armagnac.

Que l'on rase la forêt pour faire du photovoltaïque, c'est inconcevable. - Jean-Jacques Armagnac.

Mais pour réaliser un tel projet de ferme, la Ville ne voit pourtant que cette solution. Et installer des panneaux sur les toitures ne serait pas non plus suffisant, selon Géraldo Alves, car dans de nombreux cas, cela dépend également des propriétaires des maisons. "On ne pourra jamais avoir les mêmes capacités de production entre des toitures et des projets au sol comme ceux-là", conclut-il.

Si les études confirment la faisabilité du projet, la préfecture devra ensuite donner son accord. Le premier coup de pioche pourrait alors avoir lieu en 2024/2025 pour le plus grand projet. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess