Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Environnement : les députés adoptent le projet de loi climat en première lecture

-
Par , France Bleu

L'Assemblée nationale a adopté ce mardi en première lecture le projet de loi climat, vanté par la majorité comme un "marqueur du quinquennat", mais décrié par la gauche et les écologistes pour ses "insuffisances".

L'Assemblée nationale a adopté en première lecture le projet de loi climat
L'Assemblée nationale a adopté en première lecture le projet de loi climat © AFP - Antonin Burat / Hans Lucas

Les députés ont adopté ce mardi en première lecture le projet de loi "Climat et résilience". Porté et vanté par la majorité comme un "marqueur du quinquennat", le texte n'est pas du goût de la gauche et des écologistes qui pointent ses "insuffisances". Inspiré par les travaux de la Convention citoyenne pour le climat, le texte a été voté par 332 vois pour contre 77, et 145 abstentions. Il doit être examiné par le Sénat courant juin.

Ce texte a pour objectif de réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre de la France d'ici 2030. Il est composé de 69 articles, inspirés des propositions de la Convention citoyenne pour le climat retenues par Emmanuel Macron. Ils concernent la consommation, le logement, les transports, l'alimentation ou encore la justice environnementale. Le projet de loi prévoit par exemple d'interdire la location des "passoires thermiques", d'interdire "les vols domestiques s'il y a une alternative possible en train en moins de 2h30" ou encore de créer un délit général de pollution de l'eau et de l'air avec notamment la qualification "d'écocide"

"Si nous voulons que nos réformes fonctionnent, si nous voulons lutter contre le réchauffement climatique, nous ne pouvons laisser personne sur le bord du chemin", a déclaré à l'Assemblée Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. "Le fait que, sur chaque mesure que nous ayons mise dans ce texte, il y a un accompagnement qui est prévu, c'est comme cela qu'on avancera et c'est comme cela qu'on protégera la planète et surtout nos concitoyens". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

C'est un tout petit pas en avant - Isabelle Autissier, présidente d'honneur de WWF

Le texte a été ciblé par ses détracteurs pour son manque d'ambition. Il a "au moins 15 ans de retard" estime le député écologiste ex-LaRem Matthieu Orphelin, qui a voté contre. Le socialiste Guillaume Garot a regretté "l'autosatisfaction" du gouvernement. Le communiste Hubert Wulfranc a dénoncé un "empilement de mesures anecdotiques". C'est une loi "de communication", a déclaré Loïc Prud'homme, LFI, "pas à la hauteur de l'urgence" climatique selon l'écologiste Delphine Batho.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Malgré "quelques avancées", des ONG du Réseau action climat dénoncent aussi un "formidable gâchis". Fumigènes à la main et cadenas au cou, une dizaine de militantes d'Extinction Rebellion se sont enchaînées aux grilles du Palais Bourbon mardi, fustigeant un texte "indigent". "C'est un tout petit pas en avant", a pour sa part regretté la présidente d'honneur de WWF, Isabelle Autissier, sur franceinfo. "C'était la dernière grande occasion pour le gouvernement de vraiment frapper fort sur le climat", selon elle. Elle dénonce "le lobbying" et assure que "les citoyens sont prêts à en faire beaucoup plus que ce que l'on pense".

Des marches pour le climat sont prévues dimanche prochain dans plusieurs villes de France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess