Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

EuropaCity, c'est fini : Emmanuel Macron a décidé d'abandonner le projet

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

EuropaCity ne verra pas le jour. Emmanuel Macron a décidé d'abandonner ce projet de parc d'activités géant qui devait voir le jour en 2027 à Gonesse (Val-d'Oise).

Le projet EuropaCity (illustration)
Le projet EuropaCity (illustration) - EuropaCity

Gonesse, France

Le projet EuropaCity est mort dans l’œuf. L'Elysée a décidé d'abandonné le projet. L'annonce va avoir lieu jeudi après-midi, à l'occasion d'un Conseil de défense écologique.

Le président de la République estime que ce mégacomplexe de loisirs et de commerces à Gonesse (Val-d'Oise) "ne correspond plus aux aspirations de nos concitoyens", indique l'Elysée. 

Un projet alternatif est en réflexion

Jugé "daté et dépassé" par le chef de l'Etat, l'Elysée précise que le Président "réfléchit à un projet alternatif plus vaste que le triangle de Gonesse". Le projet souhaité par le chef de l'Etat "sera plus mixte, plus moderne, sans créer un pôle démesuré de consommation, de loisirs et d'objets".  Il a confié "la mission à Francis Rol-Tanguy, ancien directeur de l'Atelier parisien d'urbanisme, de travailler avec les élus à l'élaboration d'un nouveau projet".

"L'idée n'est plus un centre commercial et de loisirs mais un morceau de ville, qui donne envie", résume l'Elysée, "avec du commerce diversifié, du résidentiel, du logement, une partie d'activité agricole, peut-être de la petite industrie, du circuit court, pourquoi pas du loisir, mais pas un grand pôle".

La Région Ile-de-France demande un Plan d'urgence pour le Val-d'Oise

Pour Valérie Pécresse, le Val-d'Oise va payer un lourd tribu suite à l'abandon d'EuropaCity. La présidente de  la région pense aux emplois qui étaient annoncés. Elle demande donc un Plan d'urgence pour le département. Elle soulève aussi le problème des transports. Elle exige la sanctuarisation de la ligne de métro 17 qui assurait le désenclavement de ces territoires dans le cadre du Grand Paris. 

Ecoutez l'interview de Jean-Philippe Dugoin-Clément. Il est vice-président du Conseil régional d'Ile-de-France. Il était l'invité de France Bleu Paris vendredi matin.

Un maire furieux et des habitants déçus

Ce chantier géant avait ses soutiens. Le maire de Gonesse, Jean Pierre Blazy et d'autres élus locaux étaient pour ce projet. Ils mettaient en avant son impact économique et l'attractivité que ce complexe. Il réagit dans  un communiqué où il se présente comme un maire en colère face à une décision qu'il juge "incompréhensible et inacceptable".

Pour le maire de Gonesse,  "Le gouvernement sacrifie notre territoire au nom d’une vision uniquement symbolique de l’écologie. Il y a chaque année en France 60 000 hectares urbanisés dans l’indifférence du gouvernement. _Europacity c’est 10 000 emplois sur seulement 80 hectares dont 17 hectares de parc et ferme_, de la culture et des loisirs au coeur d’un territoire défavorisé et 100% d’énergie propre. Je rappelle que 16 000 hectares d’agriculture sont préservés sur l’agglomération. Je suis pleinement conscient de l’urgence écologique mais il y a aussi une urgence sociale et ce projet incarne un équilibre nécessaire entre protection de l’environnement et réduction des inégalités territoriales".

"Depuis que j'ai appris la nouvelle, j'ai la boule au ventre. C'est la fin d'un espoir", réagit Kamel Slimani, membre du Collectif des vrais gens. Il défendait ardemment le projet d'aménagement du Triangle de Gonesse, dans le Val-d'Oise.

Les opposants au projet satisfaits mais vigilants pour la suite

Comme beaucoup d'autres, la maire de Paris, Anne Hidalgo, se "réjouit de l'abandon de ce projet d'un autre temps". 

Le collectif Europasdutout, qui regroupe surtout des commerçants et des salariés, est lui aussi satisfait. Sa porte-parole, Maria da Silva, a réagi vendredi matin sur France Bleu Paris. Elle estime que ce projet aurait détruit 8.000 emplois. Quand aux promesses de créations de 10.000 emplois faites par les promoteurs de ce projet, elle indique qu'elle n'y a jamais cru, que c'est "de la foutaise".  

Ecoutez son interview.

Les réactions se sont multipliées sur les réseaux sociaux

Un projet trop gros et pas assez écolo

EuropaCity qui devait voir le jour en 2027 était un projet très controversé. Situé entre Paris et l'aéroport Charles-de-Gaulle, sur une surface de 430.000 mètres carrés, son coût avait été estimé à 3,1 milliards d'euros. 

Depuis l'annonce de ce projet d'une envergure inégalée en Ile-de-France, des élus locaux, des agriculteurs et de multiples associations dénonçaient la perte de terres agricoles, les atteintes à l'environnement et les perspectives économiques incertaines.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu