Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Existe-il vraiment un continent de plastique ?

-
Par , , France Bleu

Il existerait au milieu de l'océan un continent formé par l'accumulation de nos déchets plastiques. On part le découvrir ensemble.

Dans Minute Papillon !, Sidonie Bonnec nous emmène explorer le septième continent, un amas de plastiques à la dérive sur l'océan. Nelly Pons est l'auteure du livre "Océan plastique" paru chez Actes Sud. Avec elle, on démêle le vrai du faux.

Un continent tout en plastique

On a pu entendre parler de ce "septième continent", on s'imagine alors un continent tout en plastique flottant sur l'océan et sur lequel on pourrait marcher. Dans la fiction, on voit même des héros le coloniser. 

"Une zone plastifiée sur laquelle on peut marcher, ça n'existe pas" tempère Nelly Pons.

Ce qui existe en réalité, ce sont des zones d'accumulation dans lesquelles se concentrent tout ce qui flotte. Ce sont les courants marins qui se rejoignent et forment une sorte de spirale. Il existe cinq de ces zones d'accumulation, elles sont réparties sur les différents océans. 

Les plastiques qui s'y trouvent sont décomposés en microparticules flottantes qui s'étendent de la surface jusqu'à une profondeur de trente mètres. Ces plastiques sont quasiment invisibles à l'œil nu mais forment une étendue incontournable dans laquelle évoluent les animaux marins. 

C'est un peu comme quand nous marchons dans la bruine.

D'où viennent les microplastiques ?

Il y aurait actuellement huit millions de tonnes de plastiques dans les océans. Se côtoient ainsi des déchets comme des bouteilles, des sacs et des cotons tiges mais aussi des microplastiques, d'infimes particules issues de la dégradation d'anciens déchets.

Des années de déchets plastiques

Il faut bien garder en tête que le plastique est une matière nouvelle qui débarque dans nos vies avec la société de consommation des années 1950. À l'époque, le tri de déchets n'existe pas plus que le suremballage. On ne maîtrise pas encore l'usage de cette matière nouvelle, légère et donc qui se disperse facilement tout en se dégradant très mal. 

Quand les bouteilles et emballages plastiques ne sont pas abandonnés dans la nature, ils passent alors par nos poubelles et finissent dans des décharges le plus souvent à ciel ouvert. De là, ils peuvent être déplacés par le vent, la pluie ou des animaux et finissent à nouveau en pleine nature. 

Des années de concentration

Tous les déchets plastiques abandonnés en pleine nature se dégradent sous l'effet du soleil, de l'eau ou du temps et libèrent des microplastiques. Charriées par les eaux de pluie puis les cours d'eau, ces microparticules finissent irrémédiablement leur parcours dans la mer et les océans où les courants assurent leur concentration.

Parmi ces plastiques concentrés au cœur des océans, on trouve donc énormément de vieux déchets abandonnés dans la nature il y a des dizaines d'années. Le reste, c'est évidemment les emballages, ustensiles et bouteilles qu'on a jetés ou laissés tomber sans y prêter attention. 

Dommage, il aurait été si simple de les mettre dans la poubelle jaune. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess