Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Faux départ de Sète pour le Rio Tagus, le navire poubelle n'a pas pu être remorqué

-
Par , France Bleu Hérault

Encore raté pour le Rio Tagus. Le navire poubelle amarré quai Paul-Riquet à Sète devait être remorqué jusqu'au port de commerce et récupéré par un bateau chargé de transporter cette épave dans un chantier de démantèlement à Brest. L'opération n'a pas pu se faire.

Le Rio Tagus , amarré quai Paul Riquet à Sète depuis 2010
Le Rio Tagus , amarré quai Paul Riquet à Sète depuis 2010 © Radio France - Claire Moutarde

Sète se débarrassera-t-elle un jour du Rio Tagus. Ce navire poubelle bloqué à Sète depuis 2010, en raison de sa vétusté.  Amarré quai Paul-Riquet, il rouille, se dégrade d'années en années. Le port de Sète pensait avoir trouvé cette fois le moyen et la société pour s'en débarrasser, l'opération était prévue en début de semaine, elle a été interrompue, "remise à fin aout , début septembre" assure-t-on au port de Sète .

La région Occitanie, qui gère le port de Sète, a obtenu par décision de justice le droit de trouver une solution pour le Rio Tagus. C'est la société bretonne Navaleo, qui démantèle ces navires poubelles, qui devait avec un énorme bateau le Yacht Express récupérer le Rio Tagus, le charger en cale sèche et l'emmener sur son chantier à Brest, sauf que ça n'a pas pu se faire. 

Le Rio Tagus en l'état est trop détérioré pour être remorqué dans les canaux jusqu'au port

"Aujourd'hui le Rio Tagus n'est plus un navire, c'est un déchet de ferrailles. Et même s'il n 'y a pas de grande distance pour le remorquer du quai au port de commerce, on ne pouvait pas prendre le risque qu'il sombre dans un des canaux." Olivier Carmès, directeur général du port De Sète 

Lors des opérations de préparation du Rio Tagus pour son remorquage par les canaux, les employés de la société et des différents services du port engagés dans cette opération ont eu de mauvaises surprise :  des entrées d'eau, des fuites, en raison de l'état du bateau. "Le problème c'est que le Yacht Express qui devait le récupérer ne pouvait pas rester plus longtemps. Avec deux ou trois jours de plus, on aurait pu tenter", regrette le directeur du port.

"Ce n'est que partie remise : le Yacht express reviendra fin aout-début septembre. On arrive au bout, la volonté et les moyens sont là, mais on ne pouvait pas prendre de risque." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess