Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fontanières : face au réchauffement climatique, le safran s'adapte, et donne plus de fleurs

-
Par , France Bleu Creuse

Et si le changement climatique avait du bon? Depuis plusieurs années, les hivers sont plus doux. Pour de nombreuses cultures, c'est compliqué de maintenir des rendements. Mais à Fontanières, près d'Evaux les Bains, l'unique pépinière française de bulbes de safran réussit à s'y retrouver.

D'habitude, les bulbes de safran fleurissent début octobre. Mais même en plein mois de décembre, ils continuent d'éclore.
D'habitude, les bulbes de safran fleurissent début octobre. Mais même en plein mois de décembre, ils continuent d'éclore. © Radio France - Matthieu Le Meur

D'habitude Véronique Lazérat plante son safran en été. Et les petites fleurs violettes éclosent début octobre, en dessous de 14 degrés. Une période de plus en plus longue depuis quelques années. Alors cette année, au lieu de planter tous ses bulbes en juillet, et de tout récolter entre mi-octobre et début novembre, elle a décidé d'essayer une autre méthode.

Cinq mois de plantaison au lieu d'un seul

"Sur des parcelles de 120 mètres de long quand même, pour que ça soit probant, " Véronique Lazérat a planté des bulbes, "en juillet, en août, en septembre, en octobre et en novembre." Une plantaison étalée dans le temps, qui continue de porter ses fruits. Fin décembre, alors que la neige tombe sur tout le département, les dernières rangées de safran qu'elle a plantées sont en fleurs.

Une excellente nouvelle, "ça veut dire qu'on peut étaler la floraison d'octobre à décembre, au lieu de tout avoir en l'espace d'un mois." Premier changement notable, la charge de travail est moindre. Au lieu de cueillir tout son safran et de l'éplucher en quelques jours, bien remplis (il lui arrive pendant ces périodes de dormir "11 heures en 9 jours"), Véronique Lazérat respire un peu. "En charge de travail c'est quand même moins stressant." 

Des rendements en hausse

Et puis les rendements des safranières de Véronique Lazérat ont augmenté. D'ordinaire, un bulbe de safran donne 1 à 3 fleurs de safran en période de floraison. Cette année, les bulbes plantés les plus tardivement ont parfois donné jusqu'à 4 fleurs. Résultat, Véronique Lazérat estime que sa production a augmenté de 20%. En cause, le stress auquel sont soumis les plantes : "la plante se dit il faut fleurir, c'est une floraison de panique."

A droite de Véronique Lazérat, les parcelles plantées en juillet. Déjà fleuries, elles commencent à refaire leurs feuilles. A gauche, les bulbes plantés sur le tard, qui sont encore en fleurs.
A droite de Véronique Lazérat, les parcelles plantées en juillet. Déjà fleuries, elles commencent à refaire leurs feuilles. A gauche, les bulbes plantés sur le tard, qui sont encore en fleurs. © Radio France - Matthieu Le Meur

L'automne et l'hiver sont de plus en plus doux chaque année. Véronique Lazérat a refusé de subir le changement climatique. "On doit s'adapter", dit-elle. Pour l'instant, le pari est gagné.

Hivers plus doux : le safran creusois y trouve son compte

Choix de la station

À venir dansDanssecondess