Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

INTERVIEW - "Les habitants doivent se mobiliser" pour les forêts des Pyrénées

Gaspard d'Allens, journaliste et auteur de "Main basse sur nos forêts" est l'invité de France Bleu Occitanie ce jeudi. Il plaide pour un "changement de regard" sur nos forêts et l'abandon de gros projets comme la scierie industrielle de Lannemezan. Entretien.

Le groupe italien Florian veut construire une scierie industrielle à Lannemezan et l'alimenter par du bois de hêtres coupés dans les forêts de toute la chaîne pyrénéenne.
Le groupe italien Florian veut construire une scierie industrielle à Lannemezan et l'alimenter par du bois de hêtres coupés dans les forêts de toute la chaîne pyrénéenne. © Radio France - AURÉLIE LAGAIN

Une grande manifestation prévue à Lannemezan ce week-end, dans les Hautes-Pyrénées, pour défendre la forêt Pyrénéenne qui serait en danger à cause d'un gros projet de scierie. Les membres du collectif organisateur demandent d'ailleurs aux candidats aux régionales de se positionner sur le dossier. Pour en parler, Gaspard d'Allens, journaliste pour Reporterre et auteur de "Main basse sur nos forêts"(2019) est l'invité de France Bleu Occitanie ce jeudi. 

Qui maltraite nos forêts ?

C'est un changement de regard, une vision globale qu'il faudrait faire évoluer. Evidemment la filière forestière doit se ré-interroger sur la manière dont on gère les forêts mais aussi tous les citoyens qui doivent se ré-approprier cette question essentielle. Car la forêt est la base de tout, elle capte le CO2, permet le débit des eaux. Et aujourd'hui, nous sommes dépossédés de ce bien commun.

Mais qui est responsable de cette "main basse" dont vous parlez dans votre livre ?

Certains industriels veulent capter cette ressource qui nous appartient tous, on le voit bien avec le groupe Florian.

C'est le groupe italien Florian  qui veut construire une "méga scierie", à Lannemezan, avec 400.000 m3 d'arbres abattus chaque année.. Qui doit agir ?

Les habitants de ce territoire doivent se mobiliser. C'est aussi aux élus politiques locaux de comprendre que ce projet industriel n'est pas sûrement si bénéfique, qu'il faudrait mieux re-développer l'artisanat, la filière forestière, les petites scieries. On peut faire différemment que ces énormes projets.

Faut-il que Carole Delga se positionne sur ce projet de Lannemezan ?

Oui cela va devenir un enjeu politique, on le voit aussi dans le Morvan et le Limousin, car nos forêts sont en train de suivre le même chemin que l'agriculture intensive. Je pense que Carole Delga va prendre position après la manifestation de ce week-end. Et puis nos forêts vivent grâce aux subventions.

Mais n'êtes vous pas trop alarmiste?

La forêt française augmente, mais son augmentation ne dit rien de la qualité et de l'état de santé. Les forêts se dégradent, 80% des arbres ont moins de 100 ans. On voit dans le Morvan, le Limousin, les Landes une accélération de l'intensification.

Qu'est ce qu'on fait alors ?

Le bois est considéré comme un gisement, on veut que le vivant se plie aux règles du marché et c'est cela qu'il faut changer. Des forestiers, comme le syndicat Pro Silva, veulent éviter notamment les coupes rases, qui se font aussi en Occitanie, vous le voyez dans la montagne noire, près de Mazamet.

(ndlr : Gaspard d'Allens est d'ailleurs à l'origine d'une proposition de loi sur l'interdiction des coupes rases, lorsque l'on coupe les arbres pour en replanter de nouveaux.)

Choix de la station

À venir dansDanssecondess