Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Gironde : la mairie de Bègles refuse de retirer son arrêté anti-pesticide

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Les élus de Bègles avaient voté en septembre dernier l'interdiction de l'usage de glyphosate et autres pesticides sur l'ensemble de la commune. Malgré un rappel à l'ordre de la préfecture, le maire de Bègles refuse de retirer son arrêté.

Clément Rossignol Puech dans les studios de France Bleu Gironde.
Clément Rossignol Puech dans les studios de France Bleu Gironde. © Radio France - Aurélie Bambuck

Bègles, France

Après la mairie de Parempuyre, c'est au tour de la ville de Bègles de refuser de retirer son arrêté anti-pesticide, voté le 20 septembre dernier. Objectif de l'arrêté : interdire totalement l'usage du glyphosate et de l'ensemble des pesticides chimiques  sur toute la commune.  Alors que la préfète de Nouvelle-Aquitaine avait demandé au maire écologiste Clément Rossignol Puech de retirer cet arrêté, ce dernier a fait savoir dans un courrier datant de la semaine dernière qu'il ne répondrait pas à cette demande. 

Si la réglementation française interdit déjà l'utilisation de pesticides, tel que le glyphosate, dans l'espace public et chez les particuliers, un "vide juridique" demeure selon le maire de Bègles, concernant "les entreprises, les copropriétés et les voies ferrées de la SNCF". Il ajoute que la France ne serait pas en phase avec la réglementation européenne à ce sujet. "Les maires prennent donc leur responsabilité, du fait de la carence de l'Etat". 

Nous irons au tribunal administratif pour faire valoir nos droits 

Clément Rossignol Puech reste dans l'attente d'un décret de la part du gouvernement par rapport à la distance minimale entre les habitations et l'usage de pesticides par les agriculteurs . Sur le sujet, deux camps s'affrontent : ceux qui sont partisans d'une distance de 5 mètres, contre les associations de défense de l'environnement qui demandent 150 mètres. 

Face au refus de l'élu, la préfecture peut dorénavant saisir le tribunal administratif de Bordeaux. Tout comme le maire de Langouët en Bretagne , premier maire à avoir pris cet arrêté, le maire de Bègles se dit prêt à aller jusque devant le juge. "Nous irons au tribunal administratif pour faire valoir nos droits, souligne-t-il. Je suis confiant, et je me battrais jusqu'au bout". 

Trois communes concernées en Gironde

Soucieux de protéger la santé de leurs administrés des effets toxiques des produits chimiques, des maires partout en France multiplient les arrêtés anti-pesticides. Selon un recensement réalisé par France Info, il s'agirait d'une centaine de communes. En Gironde, trois communes sont concernées : Parempuyre, Bègles et le Haillan.

Dans un courrier datant du 25 octobre, la maire de Parempuyre Béatrice de François avait déjà refusé de répondre à la demande de la préfète

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu