Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Glyphosate : 58 "pisseurs volontaires" de Châteauroux portent plainte

-
Par , France Bleu Berry

Après avoir découvert du glyphosate dans leurs urines, 58 personnes ont porté plainte au tribunal de grande instance de Châteauroux. Des plaintes notamment pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "atteinte à l'environnement".

Les pisseurs volontaires avant de déposer les plaintes au tribunal de Châteauroux
Les pisseurs volontaires avant de déposer les plaintes au tribunal de Châteauroux © Radio France - Jérôme Collin

Sur les marches du palais de justice de Châteauroux, les "pisseurs volontaires" affichent tous le taux de glyphosate détecté dans leur urine. Certains sont élevés et dépassent les 2 nanogrammes par millilitre d'urine. Des conséquences sur la santé et l'environnement sont à craindre, selon le collectif Campagne Glypho 36. Au mois d'avril, 69 pisseurs volontaires avaient fait tester leur urine. 58 ont décidé de porter plainte, notamment pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "atteinte à l'environnement".

-
- © Radio France - Jérôme Collin

Un rôle de lanceur d'alerte pour sensibiliser l'opinion et les pouvoirs publics

Dominique a un taux de glyphosate de 1,5 nanogramme par millilitre d'urine. "J'ai été très surpris. Je suis jardinier bio depuis 40 ans, je mange bio depuis autant de temps. Je fais attention à ce que je consomme, et pourtant j'en ai beaucoup. Ça veut dire que nous sommes immergés dans les molécules chimiques et ça m'inquiète", confie cet Indrien. 

Pour beaucoup, porter plainte est une nécessité pour alerter l'opinion publique et mettre la pression sur le gouvernement notamment. Car les débats ne manquent pas en ce moment, comme cette consultation lancée par l'État sur la distance entre les zones d'épandage et les habitations. "Il ne faut pas débattre sur une distance, il faut tout simplement interdire l'épandage de ces produits", tranche un militant.

Tous insistent sur un point : la volonté n'est pas de pointer du doigt les agriculteurs

Une banderole a été affichée sur les grilles du palais de justice de Châteauroux
Une banderole a été affichée sur les grilles du palais de justice de Châteauroux © Radio France - Jérôme Collin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu