Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Greenpeace bloque la sortie des trains du site Orano de Tricastin

Une dizaine de militants de Greenpeace bloque la sortie des trains du site d'Orano (ex-Areva) au Tricastin (Drôme). Ils ont installé un camion sur les rails à l'extérieur du site nucléaire.

Des militants de Greenpeace bloquent un train de déchets nucléaires au Tricastin
Des militants de Greenpeace bloquent un train de déchets nucléaires au Tricastin - Greenpeace

Des militants de l'organisation écologiste Greenpeace  se sont enchaînés ce mardi matin à un camion stationné sur les rails donnant accès au site nucléaire de Tricastin. Ils disent vouloir bloquer le départ d'un train transportant selon eux des déchets nucléaires destinés à être retraités ou stockés en Sibérie. Selon Orano, aucun train ne doit quitter le site en ce moment. 

La reprise des envois vers la Sibérie

Selon Greenpeace, ces envois de déchets radioactifs avaient cessé en 2010. Ils ont repris au début de cette année 2021. Et toujours selon l'organisation écologiste, 400 tonnes auraient déjà été envoyées en Sibérie depuis le début de l'année. Ces déchets sont amenés à être retraités dans l'usine russe de Tomsk (2880 kilomètres à l'est de Moscou) ou à être entreposés dans des fûts à l'air libre dénonce Greenpeace. 

Ces déchets proviennent des centrales nucléaires. Il s'agit d'uranium en fin de vie ayant servi de combustible aux centrales. Cet uranium pourrait être de nouveau enrichi dans l'usine russe mais dans tous les cas il y aurait au moins 85% de déchets.  

Des départs de combustible recyclable selon Orano

La version d'Orano est assez différente. Il y a bien des envois d'uranium vers la Russie. Il s'agit d'uranium qui a déjà servi dans les centrales nucléaires et qui doit être retraité, à nouveau enrichi et doit resservir dans des centrales nucléaires. Selon Orano, 75 des 400 réacteurs dans le monde utilisent du combustible recyclé. Orano confirme que des transports d'uranium à recycler ont lieu vers leur client russe et rappelle que 96% du combustible des centrales nucléaires est recyclable. 

En revanche, l'entreprise conteste le fait que Greenpeace bloque un train sur son site du Tricastin. "Greenpeace se trompe de combat" commente Orano et explique que l'énergie nucléaire est une énergie bas carbone qui permet de lutter contre le réchauffement climatique.     

Choix de la station

À venir dansDanssecondess