Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grenoble : une ferme urbaine où l'on cultivera des micro-pousses et des légumes en pleine ville début 2021

-
Par , France Bleu Isère

Ce sera une ferme urbaine et solidaire qui produira des micro-pousses et des légumes, et emploiera des personnes en insertion. Mille Pousses est encore en chantier, mais grâce à l'aide de la Ville de Grenoble et de bénévoles, l'association devrait produire ses premiers plants au printemps.

Un bâtiment de bois et de paille qui sera recouvert d'un enduit de terre et d'argile
Un bâtiment de bois et de paille qui sera recouvert d'un enduit de terre et d'argile © Radio France - Véronique Saviuc

Le chantier est en train de se finir rue Corot à Grenoble, la ferme urbaine solidaire Mille Pousses, va voir le jour début 2021 sur un terrain de 2700 mètres carrés  situé près de l'hôtel Lesdiguières et du Cours de la Libération.

Visite de chantier avec Véronique Saviuc

Mille Pousses : production alimentaire de proximité et insertion

"L'objectif est d'allier le côté production alimentaire de proximité, en ville et d'en faire un lieu accueillant et de proposer des emplois d'insertion sur la base de l'activité agricole", explique Isabelle Robles, cheffe du projet depuis deux ans pour l'association Mille Pousses. "On va produire des micro-pousses, donc les grandes sœurs des graines germées, et plein de légumes, d'aromates, de fleurs comestibles et les vendre aux restaurateurs et aux gens du quartier, mais aussi pour les restaurants d'application du lycée hôtelier Lesdiguières qui est juste à côté". 

Et pour le volet insertion du projet, il s'agira de proposer un travail, de former et d'accompagner des personnes qui ont besoin d'un emploi tremplin pour rebondir et qui sont intéressées par les métiers de l'environnement et de l'agriculture. Une chargée d'insertion devrait recruter deux premières personnes en mars quand le chantier sera terminé. 

Fabrication de l'enduit à base de terre, d'argile et d'eau
Fabrication de l'enduit à base de terre, d'argile et d'eau © Radio France - Véronique Saviuc

Une ferme construite grâce à un chantier participatif

Actuellement, un bâtiment de bois et de paille se  dresse à l'entrée du terrain fourni et viabilisé par la Ville de Grenoble près de l'hôtel Lesdiguières cours de la Libération. Ce lundi , des bénévoles ont commencé à le recouvrir d'enduit de terre, à l'intérieur et à l'extérieur. Il servira de lieu de vie (vestiaire, cuisine, douches ..) pour sa partie fermée, et de lieu de stockage et de lavage des légumes pour la partie qui restera à ciel ouvert.

De l'autre côté du terrain, deux serres de 500 mètres carrés sont déjà construites. Elles sont bioclimatiques, c'est-à-dire qu'elles n'auront pas besoin d'énergie fossile ou électrique pour maintenir une température favorable à la culture des micro-pousses et des légumes.

Des serres bioclimatiques plus efficaces que des serres classiques

"Les micro-pousses", décrit Thibaud Colomb, le deuxième salarié de l'association Mille Pousses, "ce sont des bébés plantes qui sont hyper riches en goût, en nutriments, en vitamines. C'est hyper concentré, la plante donne tout pour grandir ensuite. Si on la consomme à ce moment-là, la plante a des qualités qu'elle n'a plus après. Et c'est savoureux. Et c'est beau dans l'assiette, les restaurateurs aiment bien, j'espère que les particuliers aimeront aussi." 

Une serre sera réservée aux micro-pousses cultivées sur des tables, l'autre aux légumes en terre
Une serre sera réservée aux micro-pousses cultivées sur des tables, l'autre aux légumes en terre © Radio France - Véronique Saviuc

Les micro-pousses seront cultivées sur des tables dans l'une des serres bioclimatiques qui sont plus efficaces que les serres classiques  : "On a plusieurs systèmes", détaille Thibaud Colomb "par exemple une double paroi qui crée une couche d'air entre deux bâches qui va faire comme une sorte de double vitrage et qui va faire une isolation supplémentaire. I y a des écrans qui viennent occulter le haut de la serre pour empêcher les rayons du soleil quand il fait trop chaud, ou bien piéger la chaleur en bas quand il fait trop froid. Et puis on aura tout un système de bidons noirs avec de l'eau à l'intérieur qui vont emmagasiner la chaleur et la restituer la nuit pour lisser la température et éviter qu'il est trop gros écarts. Cela nous permet de gagner 3 ou 4 degrés la nuit, et de baisser la température la journée. Puisque au lieu de se diffuser, elle vient se stocker ici"

Un premier pas vers un réseau de fermes urbaines

La Ville de Grenoble a d'abord fait bénéficier l'association Mille Pousses de 100 m2 de serres dans son centre horticole de Saint-Martin-d'Hères pendant un an, pour lui permettre d'éprouver son modèle économique. Elle lui a maintenant alloué la moitié du parc Lesdiguières, aménagé les cheminements et amené l'eau sur le terrain. Antoine Bach, l'adjoint en charge de la stratégie alimentaire, explique pourquoi la municipalité soutient ce projet de ferme urbaine : "Nous souhaitons développer fortement la capacité productive de la ville. On peut faire de l'agriculture en ville,  une agriculture qui est beaucoup plus intensive, à cause des faibles surfaces, avec des modes de production qui vont de la pleine terre, à la culture hors-sol ou verticale. C'est tout le principe de l'agroécologie intensive appliquée en milieu urbain. On s'appuie sur des associations comme Mille Pousses. Le but c'est d'avoir d'autres fermes qui s'installent sur la ville de Grenoble, certaines feront du maraîchage ou des champignons ou autre chose. Comme les surfaces sont très contraintes, cela oblige à beaucoup d'inventivité et d'innovation. Grenoble souhaite être un moteur pour ça".

Le Covid a retardé les plantations. Elles seront lancées quand les restaurants rouvriront leurs portes. Les premières cultures seront donc des cultures d'été à la ferme Mille Pousses.

Agrnonome, maraicher, élus, fonctionnaires territoriaux, bénévoles, ils ont tous contribué à leur manière à la création des Mille Pousses
Agrnonome, maraicher, élus, fonctionnaires territoriaux, bénévoles, ils ont tous contribué à leur manière à la création des Mille Pousses © Radio France - Véronique Saviuc
Choix de la station

À venir dansDanssecondess