Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Hauts-de-France : la qualité de l'air s'améliore avec le confinement

Par

L'épidémie de coronavirus a au moins ça de bon qu'elle améliore la qualité de l'air. L'agence Atmo Hauts-de-France a mesuré une baisse moyenne de 40% des concentrations de dioxyde d'azote, sur ses capteurs situés au bord des routes.

Cartes comparées des concentrations en particules fines dans les Hauts-de-France Cartes comparées des concentrations en particules fines dans les Hauts-de-France
Cartes comparées des concentrations en particules fines dans les Hauts-de-France - Atmo

Qui dit moins de circulation dit moins de rejets de gaz polluants dans l'air. Depuis le début du confinement imposé pour lutter contre la propagation du coronavirus en France, le trafic routier a drastiquement diminué en France. Dans les Hauts-de-France, l'agence de mesure de qualité de l'air a relevé les indices de ses capteurs et observe que "les concentrations de dioxyde d’azote ont diminué en moyenne de 40 % à proximité des axes routiers et de 9% sur l’ensemble de la région."

Publicité
Logo France Bleu

"Il reste néanmoins un niveau de fond de dioxyde d’azote, lié entre autres à l’activité de chauffage", tempère l'agence. Les mesures de "carbone suie", qui portent uniquement sur le traceur du trafic, montrent une nette diminution des valeurs maximales de début et de fin de journée depuis la mise en place du confinement.

Les concentrations en dioxyde d'azote ont largement baissé le long des axes routiers - Atmo

"En revanche, pour les particules, les concentrations sont en hausse depuis quelques jours sur tout le Nord- Ouest de la France, expliquant des indices de qualité de l’air plus élevés", indique encore Atmo.

La mise en place du confinement coïncide en fait avec l’arrivée de conditions printanières et l'arrivée de particules secondaires. Elles se forment par la réaction de polluants déjà présents dans l’atmosphère dans des conditions particulières d'humidité et de température et viennent s'ajouter aux particules directement produites par d'autres secteurs que le trafic routier (chauffage au bois, activités agricoles et industrielles).

"Ceci se traduit par des hausses ponctuelles des concentrations en particules qui permettent difficilement de statuer sur l’impact réel de la baisse de trafic", conclue Atmo qui précise aussi que "la région Hauts-de-France est soumise chaque année, à cette période, à ce phénomène, conduisant parfois à des épisodes de pollution. Une étude sur une période plus longue est nécessaire."

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu