Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange

Île-de-France : avec le déconfinement, la pollution atteint de nouveau un niveau quasi habituel en juin

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Selon Airparif, l'association qui mesure la qualité de l'air en Île-de-France, la pollution atteint 80 % des seuils habituels en ce mois de juin. Ce taux monte jusqu'à 90 % sur le périphérique. Pendant le confinement, avec les voitures à l'arrêt, les émissions polluantes ont été divisées par quatre.

Pendant le confinement, les émissions polluantes ont été divisées par quatre, selon l'association Airparif, qui mesure la qualité de l'air en Île-de-France
Pendant le confinement, les émissions polluantes ont été divisées par quatre, selon l'association Airparif, qui mesure la qualité de l'air en Île-de-France © Radio France - Nathanael Charbonnier

Fin du confinement rime avec retour de la pollution en Île-de-France. Selon les données d'Airparif, l'association qui mesure la qualité de l'air dans la région, la pollution a de nouveau atteint un niveau quasi habituel pour un mois de juin.

Dans cette étude publiée ce mercredi 10 juin, on atteint 80 % du seuil de la pollution classique en cette saison, entre les oxydes d’azote qui sortent principalement des moteurs diesel, les particules fines et le dioxyde de carbone (CO2). Sur le périphérique, cette donnée monte à 90 % des seuils habituels.

Comparaison des niveaux de pollution au dioxyde d’azote (NO2) pendant la première phase de déconfinement (du 11 au 31 mai) par rapport aux conditions habituelles
Comparaison des niveaux de pollution au dioxyde d’azote (NO2) pendant la première phase de déconfinement (du 11 au 31 mai) par rapport aux conditions habituelles - Airparif

Des émissions polluantes divisées par quatre pendant le confinement

Pendant le confinement, on respirait forcément mieux. Peu voire pas de circulation, des usines au ralenti voire à l'arrêt. Les seules particules émises étaient celles liées aux épandages agricoles et au chauffage au bois. Résultat : les émissions polluantes ont été divisées par quatre pendant le confinement. Il n'y a pas eu de pic de pollution en avril ! 

Airparif indiquait alors que cette qualité de l'air était inédite en Île-de-France depuis 40 ans.

Note d'espoir avec les pistes cyclables

Le vélo fait reculer la pollution dans certaines communes, souligne Airparif. Pendant le confinement, plus de 150 kilomètres de voies cyclables ont été construites dans la région.  

Airparif prend l'exemple de Paris ou de Neuilly sur Seine. Par exemple, sur l'axe qui va vers La Défense, les niveaux de pollution ont baissé par rapport à ce qu'on enregistre d'habitude.

Les associations de mesures de qualité de l'air en sursis ?

Autre problématique soulevée par Airparif et les 17 autres associations françaises de mesures de la qualité de l’air : leur avenir. Dans un courrier envoyé au Premier Ministre, Edouard Philippe, leurs représentants demandent le maintien de leur budget et même d’investir 30 millions d’euros afin de poursuivre leurs recherches sur la pollution de l’air. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess