Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Île-de-France : l'association Respire saisit la justice pour faire rouvrir les parcs et les jardins

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

L'association Respire a déposé ce lundi un référé-liberté auprès du Conseil d'État pour obtenir la réouverture des parcs et des jardins en Île-de-France. Pour l'association, il s'agit d'une mesure sanitaire car la fermeture des espaces favorise les attroupements sur la voie publique.

Le parc des Buttes-Chaumont à Paris est toujours fermé au public.
Le parc des Buttes-Chaumont à Paris est toujours fermé au public. © AFP - Amaury Cornu

Les parcs et les jardins d’Île-de-France vont-ils finir par rouvrir ? C'est une revendication portée par de nombreux médecins, des élus ou par des mairies comme celle de Paris. La région est classée en zone rouge depuis le déconfinement et la réouverture des espaces verts ne semble pas être pour l'instant à l'ordre du jour pour le gouvernement. 

L'association Respire a donc décidé de déposer ce lundi un référé-liberté devant le conseil d'État pour permettre aux Franciliens d'avoir à nouveau accès aux parcs et aux jardins. Le référé-liberté est une procédure d'urgence qui permet de mettre fin à une "mesure administrative de nature à porter une atteinte grave à l'exercice d'une liberté fondamentale", selon le site Dalloz, spécialisé dans le droit.

Une "urgence sanitaire"

Pour Olivier Blond, le directeur de l'association Respire, il fallait agir rapidement face à "l'inaction" du gouvernement. C'est pour cette raison que la procédure en référé a été privilégiée, car elle permet en temps normal la tenue d'une audience sous 48 heures. 

Cela pourrait être plus long avec les retards accumulés par la justice pendant le confinement. "On voit bien qu'il y a un problème : les gens s'agglutinent sur les trottoirs, dans les rues parce qu'ils n'ont pas accès à ces espaces verts, c'est une mesure d'interdiction qui est complètement contre-productive", s'indigne le directeur de l'association, qui se dit "en colère".

Après 55 jours de confinement, les gens ont besoin de "pouvoir prendre l'air" selon lui et "cela n'est pas possible aujourd'hui dans des conditions correctes". 

"_C'est même un problème pour la lutte contre le Covid puisque les gens se regroupent sur des bouts de trottoirs ou là où ils peuvent, en enfreignant les règles de sécurit_é", pointe du doigt le directeur de Respire.

"En voulant lutter contre le Covid, on est en train de favoriser la transmission du virus" - Olivier Blond, directeur de l'association Respire

"C'est une urgence sanitaire et puis il y a la santé mentale et physique des personnes qui sont confinées depuis des semaines dans leur appartement parfois trop petit ou insalubre. Pour toutes ces personnes, il y a besoin un besoin sanitaire et psychologique de pouvoir sortir et profiter de ces espaces qui apportent beaucoup de bienfaits à la santé", affirme Olivier Blond.

Pour l'association, la réouverture des parcs et des jardins pourraient passer par des plages horaires en fonction des catégories de personnes ou via l'interdiction de certaines activités comme les pique-nique.
 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess