Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie à Lubrizol à Rouen : pour les écologistes de la Somme "c'est la moindre des choses de savoir ce qui a brûlé"

-
Par , France Bleu Picardie

Près d'une semaine après l'incendie à l'usine Lubrizol à Rouen, Vincent Picard, l'un des membres du collectif écologiste "Action non-violente Cop 21" était l'invité de France Bleu Picardie ce mercredi matin. Il dénonce le manque de transparence des autorités dans cette affaire.

Pour Vincent Picard les autorités ont clairement manqué de transparence après l'incendie à Lubrizol.
Pour Vincent Picard les autorités ont clairement manqué de transparence après l'incendie à Lubrizol. © Radio France - Hélène Fromenty

Ils étaient une cinquantaine dans les rues d'Amiens mardi soir pour demander toute la vérité dans l'affaire Lubrizol, près d'une semaine après l'incendie de l'usine Seveso à Rouen. Parmi les manifestants, il y avait notamment le mouvement écologiste "Action non-violente Cop 21". "On attend d'avoir plus d'éclairages des autorités, ça tombe au compte-goutte et ce n'est pas rassurant, estime l'un des membres du collectif Vincent Picard, invité de France Bleu Picardie ce mercredi matin. On est très préoccupés par la manière dont tout ça a été géré. Les éléments commencent à arriver mais pour l'heure il n'y a rien de très concret."

Une cinquantaine de personnes se sont rassmblées mardi soir, place Gambetta à Amiens.
Une cinquantaine de personnes se sont rassmblées mardi soir, place Gambetta à Amiens. © Radio France - Hélène Fromenty

Les autorités ont finalement dévoilé mardi soir la liste des produits qui ont brûlé dans l'incendie : au total, plus de 5.000 tonnes de substances parties en fumées. "On savait que cette usine contenait des produits toxiques, comme du benzène, c'est important d'avoir un premier éclairage là-dessus. C'est la moindre des choses de rendre publique cette liste, de savoir ce qui était stocké et ce qui a brûlé. Pourquoi on attend une semaine pour nous dévoiler cela ? Ce n'est pas sérieux, on ne peut pas faire preuve inconscience avec un site Seveso comme ça." 

Pour autant, selon les pouvoirs publics, tous les produits qui se sont consumés ne sont pas dangereux. "Heureusement, mais il y a quand même une toiture en amiante qui a brûlé, c'est étrange qu'on n'en retrouve aucune trace..." reprend Vincent Picard.

A propos des retombées de suies retrouvées dans 39 communes de la Somme, cet écologiste n'a aucun doute. "Bien sûr que c'est toxique ! On a retrouvé des traces d'hydrocarbures, de produits chimiques, ce n'est pas anodin... On va suivre pour voir ce que donnent les analyses." 

Selon la préfecture de la Somme, les résultats ne seront pas connus avant le milieu de la semaine prochaine. Le numéro vert mis en place si vous avez des questions sur cet incendie est toujours actif, c'est le 0 805 010 580.

L'intégralité de l'interview de Vincent Picard est à réécouter ici. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess