Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen : "Ma préoccupation ce sont les dioxines" s'inquiète l'avocate Corinne Lepage

Alors que beaucoup de questions se posent encore sur les conséquences de l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen, Corinne Lepage, avocate et ancienne ministre de l'environnement était l'invitée de France Bleu Normandie ce mercredi 2 octobre.

Corinne Lepage représente l'association Respire qui a demandé qu'un expert indépendant soit nommé après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen.
Corinne Lepage représente l'association Respire qui a demandé qu'un expert indépendant soit nommé après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen. © Maxppp - Jean-Christophe Tardivon

Rouen, France

Après l'incendie à l'usine Lubrizol à Rouen jeudi 26 septembre 2019, on a appris ce mardi que plus de 5.000 tonnes de produits chimiques ont brûlé et la liste des produits a été publiée. Corinne Lepage, avocate et ancienne ministre de l'environnement (de 1995 à 1997), toujours très impliquée sur les questions environnementales, était l'invitée de France Bleu Normandie ce mercredi 2 octobre. 

"Le sujet qui me préoccupe, ce sont les dioxines. J'en parle depuis le début. Depuis le début, je dis que j'ai confiance dans les informations qui sont données par l'Etat, qu'il n'y a aucune raison de les remettre en cause mais qu'elles sont partielles. Moi, il y a une question que je me pose. Déjà sur les dioxines, je pense que sur place il devait y avoir un camion militaire dit "NRBC". Ce camion est là pour mesurer les risques en termes de nucléaire, radiologiques, biologiques et chimiques. Ces camions sont hyper pointus, normalement ils peuvent mesurer les dioxines. Donc je ne comprends pas qu'on n'ait pas les évaluations de dioxine au moins au départ, quand il y a eu des explosions. Ensuite, c'est vrai que dans les laboratoires classiques il faut 4-5 jours pour avoir des analyses de dioxine (NDLR, la préfecture annonce la publication de ces résultats entre ce mercredi et vendredi)."

On est face à un immense incinérateur qui aurait dysfonctionné de manière massive

"Quand on voit cette liste impressionnante de produits, dont certains sont dangereux, dont d'autres le sont moins, déjà on va avoir des questions sur la gestion de l'entreprise et le stockage de ces produits (c'est un deuxième sujet). Il faut comprendre qu'on est en face d'un immense incinérateur - puisque tout cela a brûlé - qui aurait dysfonctionné de manière massive. Et un incinérateur qui dysfonctionne émet beaucoup de dioxines donc mon sujet à moi c'est "Est-ce qu'on a relevé des dioxines, dans l'air, dans le sol, dans les végétaux ?". Il y a deux marqueurs très intéressants, ce sont les œufs et le lait. Nos agriculteurs ont énormément de problèmes. Je voudrais savoir si l'Etat a fait faire des analyses dans les œufs et le lait."

Un référé pour la nomination d'un expert indépendant

Corinne Lepage demande la nomination d'un expert indépendant. Elle a déposé mardi, au nom de l'association de défense de l'environnement rouennaise, Respire, un référé pour exiger la nomination d'un expert indépendant sur l'incendie : "Nous entrons dans un débat qui va être un débat judiciaire. Les victimes ont besoin de partir sur des éléments de faits précis, la meilleure manière de les établir est de le faire de manière contradictoire, sous la responsabilité d'un expert en discutant entre l'Etat, Lubrizol, l'association Respire - que je représente - et une centaine de personnes qui se sont jointes. C'est une première étape, il y aura évidemment le dépôt d'une plainte avec constitution de partie civile mais la première chose c'est de savoir où on en est et vous voyez bien que ce n'est pas si facile de répondre à cette question."

Corinne Lepage à propos de l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu