Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Lubrizol à Rouen : quatre choses à retenir sur le 7e comité "transparence et dialogue"

Huit mois après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen, un nouveau comité "transparence et dialogue" se tenait ce vendredi 5 juin à la préfecture de Rouen. Voici les quatre choses à retenir de cette réunion.

La directrice générale de Lubrizol France (de face au premier plan) et le directeur de Normandie Logistique (à l'arrière plan à droite) siègent au comité "transparence et dialogue".
La directrice générale de Lubrizol France (de face au premier plan) et le directeur de Normandie Logistique (à l'arrière plan à droite) siègent au comité "transparence et dialogue". © Radio France - Bénédicte Courret

Un nouveau comité "transparence et dialogue" sur Lubrizol se tenait ce vendredi à la préfecture de Rouen. C'était la 7e réunion de ce type depuis le début de la catastrophe. Ce comité rassemble services de l'Etat, associations, riverains, élus et autres acteurs locaux concernés par les conséquences. Voici ce que l'on peut retenir de cette réunion (en quatre points) :

  1. Huit mois après l'incendie, les odeurs restent "extrêmement dérangeantes" dixit le préfet. Comme les travaux de nettoyage des sites de Normandie Logistique et de Lubrizol doivent se terminer d'ici fin septembre, à la demande de la maire de Petit-Quevilly, un comité de riverains va voir le jour pour tenir les habitants informés régulièrement.
  2. Plus de 1000 prélèvements ont été menés mais les traces de pollution repérées datent - pour la plupart - de l'histoire industrielle de la région et pas de Lubrizol. D'après les résultats des analyses menées depuis l'incendie, rien à signaler d'anormal dans la Seine, sur les végétaux, dans les sols (les prélèvements ont été perdus pour les Hauts-de-France donc les analyses des sols sont à refaire pour cette région).
  3. Sur la santé des habitants, il y a plusieurs volets d'évaluation des conséquences à court, moyen et long terme. Une étude sur le ressenti des habitants doit être menée par Santé Publique France (SPF) auprès d'un échantillon représentatif de la population tiré au sort d'ici septembre. Des questionnaires vont être envoyés à 4.100 adultes et 1.200 enfants de 122 communes pour leur demander "comment ils ont vécu la catastrophe, leur perception de l'événement, les symptômes éventuellement constatés", a précisé un médecin épidémiologiste de SPF. "C'est quand même dommage d'avoir fait des prélèvements sur les végétaux, les sols, les fromages mais que les conséquences sur les humains soient mesurées beaucoup plus tard" a souligné la représentante de l'association Rouen-Respire.
  4. Sur le front des indemnisations, 1.662 dossiers sont ouverts a expliqué la directrice générale de Lubrizol (dont 1.113 pour des agriculteurs). On ignore encore le montant des indemnisations versées bien que la question ait été posée lors du comité. 

En marge de cette réunion, le préfet de Seine-Maritime s'est exprimé sur le rapport de la commission d'enquête du Sénat paru jeudi et qui a des mots très durs sur la gestion de la crise Lubrizol et de ses conséquences par le gouvernement. Pierre-André Durand retient quant à lui que les sénateurs qualifient les décisions prises localement de "justifiées et proportionnées" par rapport au risque encouru par les populations. 

À ÉCOUTER - Pierre-André Durand, préfet de Seine-Maritime

Choix de la station

À venir dansDanssecondess