Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie de Lubrizol : 2.000 personnes manifestent à Rouen "pour la vérité"

A Rouen ce samedi, 2.000 personnes ont défilé, un peu plus de deux semaines après l'incendie de l'usine Lubrizol, classée Seveso. Les manifestants ont exprimé leur inquiétude pour l'avenir et leur méfiance pour la communication officielle.

Manifestation à Rouen le 12 octobre, après l'incendie de l'usine chimique Lubrizol.
Manifestation à Rouen le 12 octobre, après l'incendie de l'usine chimique Lubrizol. © AFP - Lou Benoist

Rouen, France

"Et maintenant, on fait quoi ?" C'était la question sur les lèvres des manifestants, ce samedi, à Rouen. Plus de 2.000 personnes ont manifesté, un peu plus de deux semaines après l'incendie de l'usine chimique Lubrizol, le 26 septembre.

Le cortège était constitué de représentants syndicaux, d'habitants de l'agglomération de Rouen et de gilets jaunes.

Les manifestants ont exprimé leur méfiance à l'égard de la communication officielle sur la catastrophe et ses conséquences, malgré les conférences de presse quasi-quotidienne en préfecture, la venue de quatre ministres et d'Edouard Philippe. 

Parents inquiets pour leurs enfants, syndicalistes et même scientifiques, ils ont aussi exprimé leurs craintes pour l'avenir.  "Qu’est ce qu’on va devenir ? On va laisser d’autres usines prendre feu ?", demande Jean-Noël, physicien.

"J’ai peur pour mes enfants" ajoute Catherine, "aucun test médical n’a été fait. Je veux que l’Etat mette la pression à Lubrizol, qu’ils débloquent des fonds pour les hôpitaux". Elle redoute que des maladies apparaissent dans l'avenir, à cause des produits chimiques.

Choix de la station

France Bleu