Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie de Lubrizol : les espaces publics oubliés pour le ramassage de l'amiante

Après la catastrophe de Lubrizol, des débris de fibrociment se sont déposés dans les jardins mais aussi dans les rues, les parcs.. Un ramassage a été organisé.. seulement pour les espaces privés.

Des débris de fibrociment dans les espaces publics
Des débris de fibrociment dans les espaces publics © Radio France - Coralie Moreau

Rouen, France

Au lendemain de la catastrophe de Lubrizol, la préfecture a confirmé la présence d'amiante dans le toit du hangar qui a brûlé sur le site de l'usine classée seveso haut. Quelques jours plus tard, elle confirmait aussi la présence de morceaux de fibrociment dans les jardins, des morceaux projetés par l'explosion de la toiture.

De nombreux morceaux de fibrociment dans sa rue

Quelque 12 tonnes d'amiante auraient ainsi étaient projetées lors de l'incendie selon les lanceurs d'alerte sur ce dossier. Parmi eux, Florence Carré. Cette archéologue habite dans le quartier Saint Gervais à Rouen. Elle a retrouvé de nombreux morceaux de fibrociment dans sa rue. Ces morceaux ont été ramassés par une société spécialisée mandatée par Lubrizol.

Mais depuis l'incendie, elle se désespère de voir collecter les débris qui se sont déposés dans sa rue. Elle en a ramassé une cinquantaine et regarde les autres se détériorer depuis plus d'un mois

Lors d'une conférence de presse en préfecture le 18 octobre dernier, le directeur de la DREAL, Patrick Berg, reconnaissait que le contrat passé par Lubrizol ne concernait que les espaces privés.

Une pollution à long terme ?

Il aura fallu la ténacité d'habitants relayée par la ville de Rouen pour obtenir la désignation d'une seconde entreprise pour les espaces privés à la fin du mois d'octobre. Selon la mairie de Rouen, le ramassage se fait sur signalement d'agents de la ville ou de riverains. IL y en a eu une quinzaine.

Une annonce qui ne rassure pas tout à fait Florence Carré. Lors d'un rendez-vous en mairie, elle avait demandé une inspection complète des rues et des jardins par des spécialistes car, selon elle, des morceaux peuvent être dissimulés par la végétation et ils risquent d'être remués et abîmés par les opérations de nettoyage successives. Elle craint une pollution à long terme des rues de la ville. 

Choix de la station

France Bleu