Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Incendie de Notre-Dame : la carte du panache de fumée dévoilée

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

C'est une nouveauté : l'ARS met vient de mettre en ligne une cartographie dynamique pour visualiser les prélèvements de poussières de plomb au sol effectués depuis l’incendie de Notre Dame.

Le nuage de plomb dans l'atmosphère s’étendrait de 800m à une cinquantaine de kilomètres de la cathédrale Notre-Dame de Paris
Le nuage de plomb dans l'atmosphère s’étendrait de 800m à une cinquantaine de kilomètres de la cathédrale Notre-Dame de Paris - INERIS

La toiture de Notre-Dame contenait 210 tonnes de plomb et la flèche 250 tonnes, soit 460 tonnes au total, ce qui représente selon l'autorité de santé 150 kg l’émission de poussières de plomb dans l’atmosphère. On sait désormais plus précisément que le panache de fumée s'est étiré sur un axe reliant l’Île de la Cité à Mantes-la-Jolie. Les plus fortes retombées ont été sur la pointe nord du 6ème arrondissement, le 7ème, le Nord du 15ème et le 16ème même si évidemment la zone aux alentours de la cathédrale reste la zone de dépôts maximaux. 

Le scénario 1 présuppose une majorité de particules de taille "moyenne", le scénario 2 de "grosses" particules - Aucun(e)
Le scénario 1 présuppose une majorité de particules de taille "moyenne", le scénario 2 de "grosses" particules - INERIS
Le scénario 3 présuppose une majorité de particules "fines" - Aucun(e)
Le scénario 3 présuppose une majorité de particules "fines" - INERIS

Les études récentes montrent également une présence très faible de poussières de plomb au sol dans les départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines. Dans les arrondissements de l’ouest de Paris, les prélèvements complémentaires montrent également une présence faible de poussières de plomb.

L’ARS Ile-de-France appelle à poursuivre l’effort de vigilance. Elle rappelle en particulier aux gestionnaires d’équipements accueillant de jeunes enfants et des publics sensibles, la nécessité de s’assurer que les normes et les recommandations sanitaires existantes face au « risque plomb » sont bien respectées. 

Le dépistage continue, majoritairement pour les enfants

Plus de 1000 examens de dépistage ont été réalisés et l'ARS n'a pas relevé de contamination inhabituelle. 

Un dispositif renforcé de surveillance des données de plombémie a été mis en place par l'ARS sur les 1er, 4ème, 5ème, 6ème et 7ème arrondissements de Paris Depuis l’incendie en mobilisant Sante Publique France et le Centre anti poison et de toxicovigilance.

Au 31 octobre 2019, 1 072 examens de dépistage avaient été prescrits depuis l’incendie, très majoritairement pour des enfants de 0 à 6 ans, deux fois plus que la moyenne des dernières années. C'est dans cette classe d’âge pour laquelle les enjeux sanitaires associés à une exposition au plomb sont les plus importants.

L'ARS confirme à ce stade qu’il n’y a pas de contamination inhabituelle au plomb chez les jeunes enfants

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu