Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Incendies : vigilance renforcée dans le Calvados pendant le pic de chaleur

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Ce vendredi 31 juillet, le Calvados et l'Orne connaissent des pics de chaleur avec des températures allant jusqu'à 37°C à Lisieux et 36°C à Mortagne au Perche. Le risque de départ de feu est donc renforcé et pompiers et agriculteurs redoublent de vigilance.

Pendant le pic de chaleur, les pompiers appellent les agriculteurs à renforcer leur vigilance pour limiter les départs de feu.
Pendant le pic de chaleur, les pompiers appellent les agriculteurs à renforcer leur vigilance pour limiter les départs de feu. © Radio France - Marianne Yotis

La première chose à faire avant de partir moissonner pour Geoffroy de Lesquen, agriculteur  à Fierville-Bray dans le Calvados, c'est de bien nettoyer les machines pour prévenir tout risque d'incendie. 

"On élimine tout ce qui est résidu de paille ou de poussière dans la moissonneuse batteuse, notamment dans le compartiment moteur où on peut avoir des accumulations qui peuvent prendre feu", explique t'il. 

Mais cette mesure ne suffit pas à éviter les départs de feu. Pour cette raison, il faut aussi avoir un extincteur à portée de main dans la machine. Il existe aussi d'autres précautions pendant la récolte.

Geoffroy de Lesquen, agriculteur et élu à la chambre d'agriculteur du Calvados, rappelle quelques conseils
Geoffroy de Lesquen, agriculteur et élu à la chambre d'agriculteur du Calvados, rappelle quelques conseils © Radio France - Marianne Yotis

"Il faut faire attention à ce que la barre de coupe soit suffisamment haute pour qu'elle ne racle pas le sol. Si elle est trop basse et qu'elle entre en contact avec des pierres, ça risque de faire une étincelle et mettre le feu au champ", précise Geoffroy de Lesquen. 

En cas de départ d'incendie il recommande aussi de prendre une déchaumeuse pour isoler la parcelle en train de brûler en enterrant la paille dans le sol ce qui créée un coupe feu. 

Les pompiers attentifs au risque de départ de feu

C'est un risque que les pompiers prennent au sérieux. Depuis le 26 juin, le SDIS du Calvados a été appelé sur 54 départs d'incendie. Les dégâts feux de végétation sont aussi en forte augmentation : 94 hectares brûlés depuis le début de l'année (dont 83 hectares de cultures). L'année dernière, ce chiffre était atteint à la fin de l'été. 

"Les feux cette année ont commencé plus tôt, dès le mois d'avril, ce qui explique ce chiffre assez important. La deuxième raison c'est une intensification de l'agriculture sur le département. Depuis que la culture de la betterave a cessé, les agriculteurs se sont reportés sur le blé ou l'orge qui s'enflamment plus facilement", raconte le lieutenant Christophe Salic, chef du service des opérations au SDIS 14. 

Les pompiers et la chambre d'agriculture relayent d'ailleurs les précautions sur leurs réseaux pour informer les agriculteurs. 

Aux recommandations de Geoffroy de Lesquen, le lieutenant Salic rajoute qu'il est utile, en cas d'incendie, de mettre quelqu'un à un point de rendez-vous pour guider les secours. 

"On essaye aussi d'envoyer le maximum d'engins sur un incendie pour travailler vite et pouvoir ensuite redéployer assez vite les effectifs. Parce que s'il y a un accident alors que nos véhicules sont éparpillés sur plusieurs départs de feu c'est assez délicat", explique Christophe Salic. 

Une autre mesure envisagée pour répondre à cette urgence serait de stationner un canadère dans le nord ouest de la France (à Angers par exemple pour ne pas avoir à le faire venir de très loin. Un indicateur que les feux de végétation s'intensifient dans cette partie du pays puisque c'est la première fois qu'elle est évoquée. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess