Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Indre-et-Loire : bientôt moins de pesticides près des points d'eau

La justice a donné raison, début mai, aux défenseurs de l'environnements en Indre-et-Loire : la préfecture a jusqu'à octobre pour changer la carte du réseau hydrographique. Elle n'inclut aujourd'hui pas tous les points d'eau, rendant légal un épandage de pesticides à moins de 5 mètres.

Il doit y avoir une "zone tampon" de 5 mètres entre les zone d'épandage de pesticides et les points d'eau. Il doit y avoir une "zone tampon" de 5 mètres entre les zone d'épandage de pesticides et les points d'eau.
Il doit y avoir une "zone tampon" de 5 mètres entre les zone d'épandage de pesticides et les points d'eau. © Maxppp - Sebastien LAPEYRERE

La fédération France Nature Environnement (FNE) s'en félicite : la justice lui a donné raison, le 6 mai dernier. La décision était jusqu'ici passée inaperçue à cause de la pandémie de Covid-19, mais elle est importante : la préfecture doit revoir la carte des points d'eau du département. Jusqu'ici, cette dernière excluait, selon le tribunal administratif, une partie du réseau hydrographique et permettait un épandage trop proche de pesticides.

Publicité
Logo France Bleu

Il n'y avait plus du tout de protection des ruisseaux, ni des fossés"        
- Pierre Richard, président de la Sepant, l'association de protection de la nature en Indre-et-Loire

"C'est une très bonne nouvelle, sourit Pierre Richard, président de la Sepant, association tourangelle membre de la fédération FNE, car beaucoup de ruisseaux et fossés n'étaient plus du tout protégés et les fossés sont importants en Indre-et-Loire. Comme les grandes cultures sont surtout en plateau, dès qu'il y a des pluies, elles emmènent les pesticides jusque dans le réseau hydrographique."

La préfète d'Indre-et-Loire, Corinne Orzechowski, a donc six mois - jusqu'à octobre - pour publier un nouvel arrêté et réintégrer tous les points d'eau sur la carte.  "La rédaction du jugement est telle que la préfète n'a aucune latitude, elle doit vraiment couvrir tous les points d'eau", ajoute Pierre Richard.

Une perte de production pour les agriculteurs

Changer la carte et ré-inclure tout le réseau hydrographique va avoir un impact important sur la surface cultivable de beaucoup d'agriculteurs. Le président de la FNSEA 37 - le syndicat majoritaire à la chambre d’agriculture du département - Sébastien Prouteau, estime que les zones concernées près des points d'eau vont doubler : "On passerait de 3.000 kilomètres à plus de 6.000. Multiplié par 5 mètres, vous voyez la surface et la perte de production que cela peut représenter. Aujourd'hui, ça n'est plus acceptable."

"Les associations environnementales ne mesurent pas toujours les conséquences économiques et sociales, poursuit-il. Aujourd'hui, on ne peut plus se permettre d'accepter ce genre de décision la, donc on demande forcément des mesures financières compensatoires." Il regrette également que les agriculteurs soient à nouveau pointés du doigt.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu