Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Inquiétude autour d'un projet d'éoliennes de 188 mètres de haut près de Beaune la Rolande

-
Par , France Bleu Orléans

Des habitants du secteur de Beaune la Rolande viennent de créer une association pour tenter de s'opposer à un projet de construction de huit éoliennes de 188 mètres de haut à Egry et Barville en Gatinais. Ils ont lancé une pétition, alors que l'enquête publique vient de s'achever

Une mobilisation anti-éoliennes dans le secteur de Beaune la Rolande
Une mobilisation anti-éoliennes dans le secteur de Beaune la Rolande © Radio France - Anne Oger

Beaune-la-Rolande, France

Jean-François Luche, chef d'entreprise à Beaune la Rolande, n'hésite pas à parler de "monstres" à propos de ces éoliennes que veut construire la société allemande Abowind, sur les communes d'Egry et Barville en Gatinais. Huit éoliennes qui, à cette hauteur, "seront les plus hautes" du Loiret s'inquiète Jean-François Luche. 

"188 mètres, ça fait deux fois et demi le clocher de Beaune la Rolande, deux fois la cathédrale d'Orléans, oui on peut parler de monstres !" Pourtant ces éoliennes ne seront pas les plus hautes de France, un parc de 200 mètres de haut vient d'être inauguré en Haute-Vienne.

Un dessin illustrant la hauteur des éoliennes en projet à Egry et Barville en Gatinais - Aucun(e)
Un dessin illustrant la hauteur des éoliennes en projet à Egry et Barville en Gatinais - Association de sauvegarde du patrimoine beaunois

Les habitants du beaunois entendent parler depuis plusieurs années déjà de projets d'éoliennes dans leur campagne, parce que le secteur est inscrit dans le Schema Régional Eolien comme favorable au développement de cette énergie. Et des réunions publiques ont eu lieu, des votes en conseil municipal dans les communes concernées.

Une pétition de 234 signatures 

Mais pour Jean-François Luche, ce projet a pris tout le monde de court. "On a manqué une réunion en mars 2019, et c'est seulement en septembre dernier qu'on a découvert le détail du projet, la hauteur de ces éoliennes, leur nombre, et que l'enquête publique allait commencer".

Une enquête publique qui s'est terminée le 28 octobre dernier, mais l'association que Jean-François Luche a créée, "l'association locale pour la sauvegarde des paysages, du patrimoine et de l'environnement du beaunois", a eu le temps d'y glisser une pétition signée par 234 habitants, s'opposant presque tous à ce projet

Les implantations envisagées pour les 8 éoliennes d'Abowind - Aucun(e)
Les implantations envisagées pour les 8 éoliennes d'Abowind - Capture écran site internet Abowind

Une manne financière pour les communes, qui n'ont plus de moyens

Dans ce combat, on également retrouve Michel Masson, ancien président de la FDSEA du Loiret et ancien président de la Chambre d'agriculture, céréalier à Beaune la Rolande. 

Lui s'inquiète des raisons pour lesquels les propriétaires de terrain, indispensables à la construction de ces éoliennes, acceptent de voir s'implanter ces machines sur leurs terres : "ces sociétés privées proposent de louer les terres à des tarifs très élevés, et quand on sait que la profession est en grande difficulté, moi ça ne m'étonne pas qu'un jeune agriculteur qui vient de s'installer accepte, _ça peut aller jusqu'à 20 000 euros par an_, quand on gagne moins que ça avec son activité, on signe, ça n'a rien d'étonnant".

Une permanence pour informer les habitants

Même chose pour les communes concernées, qui ont par le passé accepté les projets. Pour Jean-François Luche "c'est une manne financière qu'on leur promet, alors qu'elle n'ont plus de moyens. Barville en Gatinais par exemple va toucher 80 000 euros par an, c'est colossal, et c'est l'argent, l'intérêt privé, qui prend le pas sur l'intérêt général"

L'association organise une permanence, ce samedi 2 novembre, pour informer les habitants du secteur sur ce projet et sur ses actions. Elle a lieu à la salle municipale Le Terminus à Beaune la Rolande, de 9h à 12h30.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu