Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Inquiétudes à La Membrolle-sur-Choisille autour d'un projet d'augmentation de stockage de déchets amiantés

-
Par , France Bleu Touraine

DG Désamiantage basée à La Membrolle sur Choisille souhaite stocker davantage de produits amiantés. Limité à une tonne maxi, le seuil serait rehaussé à 49 tonnes. Le risque est maîtrisé selon l'entreprise mais les riverains sont inquiets. Une réunion publique est prévue ce mercredi soir à 18h.

L'enquête publique est ouverte jusqu'au 8 novembre. En arrière-plan, le hangar où sont entreposés une partie des déchets amiantés
L'enquête publique est ouverte jusqu'au 8 novembre. En arrière-plan, le hangar où sont entreposés une partie des déchets amiantés © Radio France - François Desplans

La Membrolle-sur-Choisille, France

Depuis huit ans, DG Désamiantage s'occupe des déchets amiantés. Certifiée pour cela, elle fait donc partie de la douzaine de sites de traitement de l'amiante situés en Touraine. 

Située sur la zone d'activité de La Membrolle-sur-Choisille, le long de la route de Château-la-Vallière, elle entrepose provisoirement ces déchets, chacun conditionné dans trois enveloppes totalement étanches, avant de les évacuer vers une autre entreprise de recyclage spécialisé. Jusqu'ici, elle ne pouvait stocker en même temps qu'une tonne maxi. Alors, pour éviter de ne faire partir des camions à moitié vide, l'entreprise a demandé aux autorités de rehausser le seuil d'entreposage. Les textes prévoient alors de porter la capacité à 49 tonnes après enquête publique. 

Si le risque zéro n'existe pas, il est maîtrisé. En huit ans d'activité autour de l'amiante, nous n'avons enregistré aucun incident. Nous sommes audités trois fois par an et contrôlés par les services de l'Etat plusieurs fois dans l'année", DG Désamiantage

Les riverains de la zone d'activité ne cachent pas leurs inquiétudes

Pas de quoi rassurer les riverains. Déjà agacés par plusieurs contentieux pour des troubles du voisinage avec plainte à la clé dans les années 2000, certains habitants de la zone d'activité ont du mal à faire confiance à cette entreprise. 

C'est un sujet grave de santé publique. Tous les voisins ont peur qu'il y ait un jour un accident. Lors des chargements et déchargements des camions, le risque de sacs éventrés est possible et on sait très bien que la poussière va se diffuser un peu partout. Chez nous comme dans la Choisille à quelques mètres. C'est pour ça qu'on est très inquiets, Claude Clavier, l'un des riverains de la zone d'activité

Le maire Sébastien Marçais dénonce une polémique instrumentalisée par l'opposition à cinq mois des municipales

Le maire de La Membrolle-sur-Choisille veut apaiser les esprits. Oui, il comprend certaines inquiétudes. Mais pour lui, augmenter les capacités de stockage ne veut pas dire augmenter les risques. Bien au contraire.

Jusqu'à une tonne, c'est déjà encadré, mais lorsqu'on passe à la capacité supérieure, c'est encore plus encadré avec des normes, des moyens techniques à mettre en place. J'ai donc l'impression que ça ne vas pas accentuer un quelconque danger", Sébastien Marais

Le maire de La Membrolle accuse par ailleurs ses deux oppositions d'instrumentaliser l'inquiétude légitime des riverains pour en faire une polémique municipale à 5 mois des élections. 

Il espère donc que l'enquête publique démarrée le 7 octobre dernier permette à tout le monde d'avoir accès au dossier et de pouvoir s'exprimer sur le sujet. 

L'entreprise et le commissaire-enquêteur animeront même une réunion d'information publique ce mercredi soir dans la salle des fêtes de la commune. RDV à 18h. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu