Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Interdiction de l’emploi du feu en Corse : quelles alternatives ?

-
Par , , France Bleu RCFM

Quelles solutions alternatives pour éliminer ses déchets verts ? Alors que l'arrêté qui interdit à la fois l'écobuage, pratique agricole, et le brûlage a été prorogé au 24 février inclus, certains continuent à employer le feu.

En Corse, brûlage et écobuage sont interdits jusqu'au 24 février inclus via arrêté prefectoral
En Corse, brûlage et écobuage sont interdits jusqu'au 24 février inclus via arrêté prefectoral © Maxppp - maxppp

Avec 18 contraventions en Haute-Corse, 17 en Corse-du-Sud durant les deux  dernières semaines, la gendarmerie de Corse indique que le temps de la pédagogie est révolu. Pour autant, les règles et surtout les moyens sont méconnus, voire difficilement accessibles.

Malgré l'interdiction préfectorale en vigueur en Corse, la gendarmerie a établi 35 contraventions en 15 jours - Maxppp
Malgré l'interdiction préfectorale en vigueur en Corse, la gendarmerie a établi 35 contraventions en 15 jours © Maxppp - maxppp

Une certaine tolérance 

Hors arrêté préfectoral, l'incinération des déchets verts est officiellement interdite toute l'année et à tout le monde. Cependant la tolérance existe pour certains végétaux d'octobre à mai. La Direction des territoires et de la mer préconise même cette solution pour le moyen terme. Philippe Ollandini, chef de l'unité Forêts et Défense des forêts contre les incendies à la DDTM : « _Si le particulier ne peut pas évacuer en déchetterie ou broyer ses déchets, il y a une tolérance pour qu’il les incinère sur son terrain_…Les plus grosses agglomérations disposent de déchetteries, la question se pose plus sur les communes rurales. Il serait souhaitable qu’elles se dotent de broyeurs pour les mettre à disposition des habitants. »

Philippe Ollandini : Chef de l'unité Forêts et Défense des forêts contre les incendies à la DDTM

Broyer et recycler plutôt que de brûler, c'est facile à dire, mais pas forcément facile à faire. Les broyeurs ont un coût, 500 € pour les plus petits, et ils sont parfois trop justes pour les grosses masses de végétaux. Dans certains cas les communes doivent aussi employer des agents communaux spécialement dédiés

Fin de la pédagogie

Les derniers incendies sont probablement le fait de brûlages de déchets verts non-seulement mal maîtrisés, mais surtout illégaux et la verbalisation est désormais la norme, avertit la gendarmerie. Yasmina Tadlaoui, chef d'escadron de la gendarmerie de Corse : « Les patrouilles ne sont pas renforcées spécifiquement sur ce thème-là, en revanche tous les militaires de la gendarmerie sont particulièrement sensibilisés. Il est vrai qu’on a eu une période de pédagogie, là ce n’est plus du tout le cas ! »

Yasmina Tadlaoui, chef d'escadron de la gendarmerie de Corse - Radio France
Yasmina Tadlaoui, chef d'escadron de la gendarmerie de Corse © Radio France - Olivier Castel

Yasmina Tadlaoui : Chef d'escadron de la gendarmerie de Corse

Contravention encourue : minimum 135€ d'amende, jusqu'à 6 mois de prison et 3750 euros si vous déclenchez un incendie. Des peines qui explosent si le feu touche l'un de vos voisins. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu