Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On invite la maire à nous rencontrer" : à Besançon, les zadistes des Vaîtes ne lâchent rien

-
Par , France Bleu Besançon

Anne Vignot, récemment élue maire de Besançon, se dit ouverte au dialogue avec les occupants des Jardins des Vaîtes, à une condition : qu'ils démontent la tour en bois construite à la main, qui culmine à près de 10 mètres. Les zadistes ne l'entendent pas de cette oreille.

La tour des Vaîtes, construite à la main
La tour des Vaîtes, construite à la main © Radio France - Lisa Guyenne

C'est la première chose que l'on voit en arrivant sur place : une grande "tour de garde", de plus de huit mètres de haut, qui domine le campement depuis le 17 juin. Et l'heure n'est pas franchement au démontage... c'est même tout le contraire : "Là, on est en train de faire un plancher, pour éviter de marcher sur les croisillons qui font partie de la structure de la cabane", explique Fred, un marteau et des clous à la main. 

"On gère cela de manière responsable et adulte"

Une cabane faite de planches, tenue sur le côté par des tendeurs, et parfaitement sécurisée, d'après Alexandre, qui vit sur le site depuis huit jours. "C'est construit avec les connaissances communes de gens qui s'y connaissent en charpente, en sécurité, en gestion de la foule... Ceux qui montent ne sont que ceux qui sont autorisés, l'accès est impossible aux enfants de moins d'1,50 mètre, on limite l'accès à quatre personnes alors que la cabane est faite pour supporter bien plus de poids... On évite tout incident possible, on gère cela de manière responsable et adulte. Il n'y a eu aucun accident depuis la construction il y a un mois."

Consignes de sécurité affichées à l'entrée de la tour
Consignes de sécurité affichées à l'entrée de la tour © Radio France - Lisa Guyenne

"S'il se passe quelque chose, ma responsabilité pénale est engagée"

Mais ce n'est pas l'avis de la maire de Besançon, Anne Vignot. Elle demande le démontage de la tour : "Cet équipement est dangereux, il n'est pas sécurisé. Le terrain est occupé illégalement. Donc s'il se passe quelque chose, ça engage directement ma responsabilité pénale, personnelle. Je leur dis : on doit se voir, on doit discuter de ce lieu et de son occupation. Je vous l'ai promis, je le ferai. Mais pour l'instant, je vous demande de démonter cet équipement qui peut être très dangereux."

La maire conviée à une assemblée générale ce soir

Du côté des zadistes, on précise qu'aucune décision ne sera prise sans un accord collégial. Ici, les décisions sont prises en assemblées générales, qui se tiennent régulièrement. La prochaine a lieu ce dimanche soir, 18 heures : "on invite la maire à venir nous rencontrer", expliquent les occupants. "Je ne viendrai pas", répond Anne Vignot à notre micro. 

"Je n'ai pas l'intention d'y aller, comme ça, en touriste. Je veux qu'on travaille de façon très sérieuse, avec une méthode. Je vais reprendre contact avec eux par téléphone et avec Territoires 25. Mais il faut qu'ils démontent cet équipement." Si cette condition est respectée, Anne Vignot maintient sa promesse de campagne : engager une réflexion avec les habitants et un conseil scientifique sur l'avenir des jardins. Mais certains sur place se demandent quand cela aura lieu : "On a rien à voir avec cette tour, par contre ça fait un an qu'on demande à dialoguer, et ça fait un an qu'on attend toujours un rendez-vous", déplore Marie-Hélène Parrot, de l'association Jardins des Vaîtes, l'autre collectif présent sur le site. "On a toujours pas de réponse, en tant qu'association Jardin des Vaîtes. On commence à en avoir un peu assez."

Dans l'espace de réunions, un panneau invite la maire à se rendre sur place
Dans l'espace de réunions, un panneau invite la maire à se rendre sur place © Radio France - Lisa Guyenne

Depuis le 17 juin, des "zadistes" occupent le site des Vaîtes, où est censé se construire un ensemble immobilier d'éco-quartier. Le 3 juillet, le Conseil d'Etat a suspendu les travaux. Le tribunal administratif de Besançon doit encore se prononcer.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess