Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

L'Artière fait peau neuve après la renaturation de 200 mètres de berges entre Clermont-Ferrand et Aubière

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Les berges de l'Artière, une des quatre rivières de la métropole clermontoise, avaient été restaurées en 2000 mais une partie n'avait pas pu bénéficier de ces travaux. C'est désormais chose faite puisque les 200 mètres restants ont été renaturés fin 2019.

Les berges de l'Artière (au niveau de la ZAC des Sauzes) a été renforcée grâce à un tressage en coco biodégradable fixé au sol par des piques en bois.
Les berges de l'Artière (au niveau de la ZAC des Sauzes) a été renforcée grâce à un tressage en coco biodégradable fixé au sol par des piques en bois. © Radio France - Bastien Thomas

Clermont-Ferrand, France

"La renaturation c'est le retour finalement à une façade de rivière qui soit écologique et qui soit végétalisée. C'est toujours une volonté de stabilisation de la rivière en long et en travers" explique Manuel Stéphane, technicien de rivière à la métropole Clermont-Auvergne pendant sa présentation du projet devant les élus. L'Artière avait bénéficié de travaux en 2000 mais toutes les berges (sur le territoire de la métropole) n'en avaient pas profité. Après 10 semaines de chantier entre septembre et décembre 2019, c'est 200 mètres supplémentaires de la rive qui ont été restaurés.

L'état des berges avant le début des travaux fin 2019. - Radio France
L'état des berges avant le début des travaux fin 2019. © Radio France - Bastien Thomas

Ces travaux de restauration de la rivière étaient plus que nécessaires. "Les berges présentaient de l'érosion d'années en années. On avait une rivière qui, finalement, était en train de se déplacer vers les bâtiments privés juste à côté" continue le technicien de la métropole. C'est en 2015 que le projet a été décidé, mais les travaux ont débuté seulement en 2019 le temps de réaliser toutes les études en amont.

Un des points importants qui a été respecté avant de commencer les travaux, c'est de veiller à la préservation de la faune locale. "On a commencé par abaisser une petite chute d'eau de 60 à 20 centimètres pour permettre aux truites, présentes dans la rivière, de se déplacer comme elles le souhaitent. Il faut faire attention à ça et leur permettre de toujours se déplacer dans l'eau" précise Manuel Stéphane.

Les digues ont été abaissées pour permettre aux poissons de remonter la rivière. - Radio France
Les digues ont été abaissées pour permettre aux poissons de remonter la rivière. © Radio France - Bastien Thomas

Des équipes de professionnels sur le chantier

Les travaux ont été confiés à des entreprises extérieures. Bruno Marion, représentant de la société Guintoli, a été chargé de terrasser les berges et poser des roches pour éviter qu'elles ne s'effondrent. "Le plus difficile dans ce genre de travaux c'est de travailler hors de l'eau. On a eu de la chance car l'Artière était asséchée quand nous sommes intervenus. Mais il faut faire attention car le débit d'eau peut vite augmenter en fonction des pluies. C'est arrivé et nous avons dû évacuer et pomper l'eau pour continuer à travailler" commente ce gérant d'agence Guintoli.

Autre prestataire, Yves Barody, paysagiste. C'est lui qui a été chargé de végétaliser les berges. Et il a une technique particulière. Fini le génie civil et son usage massif de béton. Yves Borady pratique le génie écologique. "Le génie écologique c'est utiliser des matériaux naturels pour rendre la rivière en l'état où elle devrait être à l'origine" explique-t-il. Alors ce professionnel a opté pour un tressage en coco biodégradable. "Un moyen de stabiliser la berge et permettre aux semences plantées de pousser et prendre le relais" précise-t-il.

"La natte est fabriquée à partir des restes d'écorces de la noix de coco. Sa durée de vie est de quatre à cinq ans. Au début, on voit que l'on est passé pour faire des travaux et puis après un certains temps la nature prend le dessus. C'est le cas avec cette natte qui agit comme une peau sur la berge." - Yves Borady, paysagiste.

Un chantier à 300.000 euros

L'ensemble du projet, de la conception, l'étude de cas jusqu'à la réalisation a coûté 300.000 euros. Une somme qui a été prise en charge par la métropole Clermont-Auvergne (à hauteur de 70%) et par l'agence de l'eau Loire-Atlantique (qui gère les cours d'eau auvergnats). 

D'autres travaux sur l'Artière sont désormais à l'étude. Par exemple une amélioration de la qualité de l'eau sur la promenade Amédée Cotte à Aubière ou encore la restauration de l'Artière sur une dizaine de kilomètres dans la plaine de la Limagne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu