Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'Ecopôle du Forez appelle aux dons pour rester ouvert

L'Ecopôle du Forez, réserve de biodiversité qui accueille du public depuis 1993 est fermé depuis le premier confinement. Le site, qui vise à faire découvrir la nature, rencontre des difficultés financières et en appelle à la générosité de ses visiteurs.

La vue depuis la nef de l'Ecopôle, bâtiment principal du site
La vue depuis la nef de l'Ecopôle, bâtiment principal du site © Radio France - Maya Baldoureaux-Fredon

L'Ecopôle du Forez, c'est pas moins de 760 hectares de biodiversité. La réserve abrite une faune et une flore typique des bords de Loire. "Quand on a récupéré les trous d'eau laissés par les graviéristes, dans les années 80, on avait 2 ou 3 espèces d'oiseaux. La pauvreté biologique était criante. Aujourd'hui, au bout de 30 ans, on a 1200 espèces d'oiseaux, de vertébrés, d'insectes, de plantes..." détaille Jean-Jacques Cognard, le président de l'Ecopôle. Le castor a même été réintroduit en 1994 par l'association France Nature Environnement Loire, qui possède le site. 

Mais depuis le premier confinement, en mars 2020, le site reste fermé au public, à l'exception de quelques groupes scolaires : les consignes sanitaires sont trop difficiles à appliquer pour accueillir du monde. "Pour nous, c'est un crève-cœur parce que quand on a commencé à acheter les terrains, il y a 30 ans, _notre idée c'était d'en faire une propriété privée pour protéger le mieux possible, mais aussi de permettre aux gens d'aller se promener dans la nature_, parce que et la nature n'est pas une propriété privée, par définition", expose Jean-Jacques Cognard. 

Jean-Jacques Cognard, dans la nef de l'Ecopôle
Jean-Jacques Cognard, dans la nef de l'Ecopôle © Radio France - Maya Baldoureaux-Fredon

Cette fermeture est synonyme de baisse de revenus. Le budget annuel de l'Ecopôle est habituellement de 100 000 euros. "Là on va atteindre péniblement les 20 000" note Jean-Jacques Cognard. C'est un montant de 50 000 euros qu'il faudrait réunir grâce aux dons pour permettre au site de survivre et de rouvrir quand les conditions sanitaires le permettront "On espère au printemps ou au début de l'été."

Les trous d'eau laissés par les anciennes gravières sont maintenant des réserves de biodiversité
Les trous d'eau laissés par les anciennes gravières sont maintenant des réserves de biodiversité © Radio France - Maya Baldoureaux-Fredon

Pour Jean-Jacques Cognard, "En participant, les gens pourront s'approprier le site, ça leur donnera l'impression d'être un peu plus chez eux quand ils viennent." Pour faire un don, rendez-vous sur le site de France Nature Environnement Loire. Selon le président de l'Ecopôle, 16 000 euros ont déjà été récoltés : une somme encourageante mais pas encore suffisante. 

"Cet appel à la souscription, c'est un appel au cœur, un appel pour nous aider à préserver la vie, en fait", conclut Jean-Jacques Cognard. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess