Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le projet Cigéo, centre d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure dans la Meuse

L'enquête publique sur le projet de centre de stockage de déchets radioactifs de Bure débute ce mercredi

Nouvelle étape pour le projet de centre d'enfouissement de déchets radioactifs de Bure dans la Meuse. L'enquête publique sur le dossier commence ce 15 septembre et s'achèvera le 23 octobre. Les opposants annoncent qu'ils n'y participeront pas.

Une galerie du centre CIGEO, d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure (Meuse). Février 2016.
Une galerie du centre CIGEO, d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure (Meuse). Février 2016. © Radio France - Angeline Demuynck

L'enquête publique sur le projet Cigéo, projet de centre de stockage souterrain de déchets radioactifs de Bure dans la Meuse, débute ce mercredi 15 septembre. Une enquête qui doit s'achever le 23 octobre prochain. Un peu plus d'un mois de consultation pour permettre au maximum de citoyens de s'exprimer.

Donner la parole au plus grand nombre

Tous les moyens sont possibles : le courrier, papier ou électronique, des permanences physiques dans six mairies de Meuse et Haute-Marne ainsi que des permanences téléphoniques. Des registres seront aussi ouverts dans plusieurs communes. Les commissaires-enquêteurs espèrent un maximum de retours du terrain, venant de partisans ou d'opposants à Cigéo. Aux cinq commissaires de rédiger un avis d'ici fin novembre environ. Une synthèse ajoutée à un avis du conseil d'état qui serviront de support à Jean Castex, le Premier ministre pour déclarer d'utilité publique ou pas le projet Cigéo.

Cette enquête publique, les opposants ont déjà fait savoir qu'ils n'y participeraient pas, jugeant les dés pipés. C'est l'avis de Jean-Marc Fleury, porte-parole de l'association des élus opposés à l'enfouissement des déchets radioactifs : 

"On est d'accord pour boycotter cette enquête publique. On en connaît les résultats d'avance. Même si toutes les contributions étaient négatives, même si l'avis du commissaire-enquêteur était défavorable, de toutes façons, il y aura un avis favorable des pouvoirs publics."

Des associations qui pourraient tenter de perturber les permanences. Elles ont déjà prévu de manifester lors de la première permanence ce mercredi matin devant la mairie de Montiers-sur-Saulx.

Une déclaration d'utilité publique qui est un passage obligé mais pas encore une validation du projet. Il faudra encore une autorisation par décret, pas avant 2025. Quant aux premiers colis de déchets radioactifs, ils n'arriveront pas avant 2035 si tout est validé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess