Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

L'inquiétude des agriculteurs dans la Loire placée en vigilance sécheresse

Par

Malgré les quelques pluies de ces derniers jours, la Loire, comme d'autres départements voisins, a été placée en vigilance sécheresse le 22 avril. C'est environ deux mois plus tôt que l'année dernière, année de sécheresse qui avait été très dure pour les agriculteurs qui redoutent le pire à venir.

La Loire a été placée en vigilance sécheresse dès ce 22 avril et les agriculteurs sont inquiets face au manque d'eau. La Loire a été placée en vigilance sécheresse dès ce 22 avril et les agriculteurs sont inquiets face au manque d'eau.
La Loire a été placée en vigilance sécheresse dès ce 22 avril et les agriculteurs sont inquiets face au manque d'eau. © Maxppp - Josselin Clair

Va-ton vers une 3e année de sécheresse consécutive dans la Loire ? Il est encore un peu tôt pour le dire mais le manque d'eau se fait déjà sentir dans le département. Il n'y a eu par exemple qu'à peine 2 cm de précipitations cumulées enregistrées en quasiment 2 mois sur la région stéphanoise. C'est bien pour cela que depuis le 22 avril, la préfecture de la Loire a placé le département en vigilance sécheresse comme l'explique Elise Regnier, directrice départementale des territoires de la Loire.   

Publicité
Logo France Bleu

"Pas de retournement de tendance majeur dans les prévisions de pluies !" - Elise Regnier, directrice départementale des territoires de la Loire

loading

"C'est vrai qu'on connaît, sur le nord du département notamment, une sécheresse des sols qui a d'ores et déjà des impacts forts sur l'agriculture, sur la pousse de l'herbe. Et dans une région d'élevage, c'est vraiment impactant pour l'économie agricole et pour ses exploitations. Pour ce qui concerne les cours d'eau, aujourd'hui, on n'est pas encore en situation de crise : on est vraiment entré en situation de vigilance et donc d'appel à la modération de la consommation. Les prévisions sont à ce stade plutôt de pluies faibles dans le département ce qui laisse sans doute présager à court terme qu'il n'y ait pas de retournement de tendance majeur". 

François Garrivier attend depuis plus de deux mois de voir tomber enfin de grosses pluies sur les monts de la Madeleine. Le vice-président de la FDSEA dans la Loire élève des vaches allaitantes à Grézolles. Il n'a quasiment plus de stock de foin à tel point qu'il envisage de vendre peut-être une partie de son cheptel.

"J'achète des fourrages ou je vends des animaux, c'est la question que je vais me poser !" - François Garrivier, éleveur de vaches allaitantes à Grézolles

loading

"Face à la répétition des aléas depuis quelques années, moi j'ai déjà moins d'animaux que j'en avais par exemple il y a 3 ou 4 ans pour adapter la production de fourrage nécessaire pour l'alimentation des animaux. Et encore une fois je me reposerai la question dans quelques semaines en fonction du prix des fourrages... s'il y en a parce qu'il semblerait que la sécheresse soit importante dans de nombreuses régions françaises. Donc j'achète des fourrages ou je vends des animaux, c'est la question que je vais me poser dans quelques semaines".

Et le cas de François Garrivier n'est pas isolé. Après 2 années de sécheresse consécutives, les stocks de fourrage sont quasiment inexistants dans la plupart des fermes. Et Raymond Vial, le Président de la chambre d'agriculture de la Loire, redoute que ces stocks ne puissent pas se reconstituer cette année. 

"Ça va mettre plus d'un exploitant à genoux !" - Raymond Vial, Président de la chambre d'agriculture de la Loire

loading

"On n'est pas en Bretagne où l'on fait des stocks toute l'année ! Nous non, on est des départements où on fait les stocks au printemps. Les animaux ont ramassé ce qu'il y avait à ramasser et ça ne repousse pas derrière donc il n'y aura pas d'ensilage, il n'y aura pas de foin. Donc pas de stock pour passer l'été et le prochain hiver : ça va mettre plus d'un exploitant à genoux !"

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu