Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement
Dossier : Le Festival de Loire à Orléans

La compensation carbone pose toujours question au festival de Loire à Orléans

-
Par , France Bleu Orléans

La plupart des bateaux du festival de Loire étant acheminés par camion, la ville d'Orléans a mis en place une compensation carbone : en fait, un chèque de 1 000 € versée cette année à Loiret Nature environnement. Au risque que cela soit perçu comme un droit à polluer, reconnaît l'association.

La Loire et le canal d'Orléans sont peu navigables : cela reste le talon d’Achille du Festival de Loire.
La Loire et le canal d'Orléans sont peu navigables : cela reste le talon d’Achille du Festival de Loire. © Radio France - François Guéroult

Orléans, France

Le festival de Loire se veut à la fois convivial, touristique, pédagogique et culturel... Mais il s'expose toujours à la critique d'être en grande partie artificiel : la Loire est un fleuve peu navigable, le canal d'Orléans encore moins, si bien qu'on doit faire venir par camion la plupart des 220 bateaux réunis pour le festival. La marine de Loire traditionnelle a beau être à voile, le festival de Loire est donc d'abord "un festival à fioul", comme ironisent certains...

Un chèque de 1 000 euros sur un budget d'1,8 million

Certes, depuis de nombreuses éditions déjà, la ville d'Orléans a mis en place une compensation carbone. Elle est calculée en fonction du nombre de kilomètres parcourus sur la route pour acheminer les bateaux. On tourne généralement autour de 100 000 kilomètres, qu'on transforme en tonnes de CO2 puis en euros : à l'arrivée, cela fait un chèque de 1 000 euros que la ville versera cette année à Loiret nature environnement.

Le stand officiel de la ville d'Orléans sur le festival de Loire promeut le slogan "Penser global, agir local" - Radio France
Le stand officiel de la ville d'Orléans sur le festival de Loire promeut le slogan "Penser global, agir local" © Radio France - François Guéroult

L'association est évidemment "heureuse" d'avoir été choisie cette année, avec le risque que ce procédé puisse être perçu comme un droit à polluer, reconnaît Denis Papet, le coprésident de Loiret nature environnement : "Ça, c'est l'inconvénient, c'est clair", d'autant que la somme est très modeste par rapport au budget global du festival de Loire (1, 8 million d'euros). "Mais d'un autre côté, ajoute Denis Papet, cela permet aussi de mettre le doigt sur le problème du carbone et du transport, justement. Si cela peut inviter à se poser des questions, tant mieux, parce que la prise de conscience, elle n'est pas encore chez tout le monde, loin de là..."

Des actions pour la réserve naturelle de St Mesmin

L'argent devrait en tout cas servir à la réserve naturelle de St Mesmin, que gère l'association : "On ne l'a pas encore précisément défini, car nous n'avons été avertis que nous serions les bénéficiaires que très récemment, précise Denis Papet. Mais, oui, cela devrait être fléché vers la réserve naturelle, cela peut être de la plantation de roselières, ou de l'accueil de personnes qui n'ont pas l'habitude de venir. Mais soyez sûr qu'on en fera quelque chose de bien !

Et cette question de la compensation carbone restera posée au moins tant que le canal d'Orléans ne sera pas redevenu navigable : c'est le projet du Département du Loiret, futur nouveau propriétaire du canal, mais cela prendra au moins 10 ans.

Choix de la station

France Bleu