Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La déception d'une Nancéienne membre de la convention citoyenne pour le climat

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Derniers arbitrages dans l'élaboration du projet de loi climat. Le texte doit reprendre 40% des propositions de la convention citoyenne pour le climat mais nourrit la déception de certains participants, comme Sylvie Jover, originaire de Nancy.

Illustration Convention citoyenne pour le climat le 15/11/2019 au CESE (Conseil économique, social et environnemental) à Paris
Illustration Convention citoyenne pour le climat le 15/11/2019 au CESE (Conseil économique, social et environnemental) à Paris © Radio France - Sixtine Lys

La dernière ligne droite pour "les 150" de la convention citoyenne sur le climat ! Depuis le lundi 7 décembre, ce sont les dernières réunions par visioconférence entre les citoyens tirés au sort et qui ont travaillé pendant 9 mois et plusieurs membres du gouvernement et du Parlement. Derniers ajustements avant la loi climat qui doit reprendre 40% des 146 propositions retenues par Emmanuel Macron. Le chef de l’Etat qui après s’être engagé à présenter ces propositions sans filtre au parlement, a dit en fin de semaine dernière qu’il ne fallait pas forcément les adopter telles quelles.

"Je ne regrette pas du tout"

Un climat qui nourrit la déception de Sylvie Jover, membre de la convention citoyenne originaire de Nancy : 

"On est globalement déçu. Nos propositions formaient un tout, il y avait une cohérence. Elles sont amoindries. Le peu qui est passé passe d'une façon minimisée [...] La loi qui va sortir ne nous satisfait pas vraiment."

Pour autant, la Nancéienne ne regrette pas de s'être engagée et d'avoir consacré du temps et de l'énergie : 

"Je ne regrette pas du tout. Je n'ai pas grand espoir au niveau du gouvernement par contre, j'espère que ça aura servi au niveau de la prise de conscience. J'espère que la population va nous appuyer, que ça va inspirer certains territoires. Je compte aussi sur les associations qui militent depuis des années."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess