Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La députée de Côte-d'Or Yolaine de Courson veut faire valoir notre droit à bien manger

-
Par , France Bleu Bourgogne

La députée En Marche de la 4e circonscription de Côte-d'Or désormais apparentée Modem est l'invitée de France bleu Bourgogne, pour évoquer son combat pour un chèque bien manger.

Yolaine de Courson défend le bien manger pour tous
Yolaine de Courson défend le bien manger pour tous © Radio France - Arnaud Racapé

Petit à petit, elle se fait un nom au Palais Bourbon, dans les dossiers sur la transition écologique. Élue rurale de Côte-d'Or, Yolaine de Courson s'engage ces temps-ci pour que chacun puisse manger des produits de qualité. Une ambition symbolisée par le 'chèque bien manger', qu'elle défend à l'assemblée nationale : 

"Ce chèque bien manger serait distribué à tous les Français en fonction de leur quotient familial. Ce n'est pas de l'aide ou de l'assistance, mais plutôt un droit à manger de la nourriture saine et de qualité, sachant qu'ils seraient dépensables uniquement sur des produits ou des activités vertueuses pour l'environnement." 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une sorte de ticket resto donc, mais applicable uniquement aux produits et aux activités en phase avec la lutte contre le réchauffement climatique et pour une agriculture plus respectueuse de l'environnement, avec un objectif en bout de course : inciter le monde paysan à changer. 

La chasse aux financements est lancée

Côté financement, pour l'instant rien de concret. "On est en train de voter la loi Résilience & Climat, l'argent il va falloir le trouver. Mais vous savez qu'il y a 27 milliards d'euros dépensés chaque année à l'assurance maladie pour des pathologies qui sont liées pour beaucoup à notre mauvaise alimentation. Donc déjà si on pouvait faire baisser ces dépenses-là, on pourrait investir pour une alimentation saine. après il existe aussi une taxe soda, on pourrait l'élargir à tout ce qui est trop salé, trop sucré, trop gras. Sur le principe, c'est important que nous consommateurs on accompagne nos agriculteurs", en acceptant de payer plus.

Accepter de payer plus, pour manger mieux

C'est l'autre constat fait par la députée côte-d'orienne : nous n'avons plus conscience de ce que vaut un aliment produit par nos paysans : "Il faut s'habituer à dépenser plus pour notre nourriture. La part de ce budget a considérablement baissé, mais il faut avoir conscience que cette nourriture, si on veut qu'elle soit saine et de qualité, elle ne va pas nous tomber du ciel, à pas cher. Cela demande du travail, du soin, quand on dit qu'il faut manger moins de viande, mais de meilleure qualité, il faut mieux rémunérer nos éleveurs. Il y a aujoud'hui un truc anachronique, le bio se développe avec une grosse croissance, et en même temps la grande distribution vend à des prix très bas de la nourriture pas forcément très bonne."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess