Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La forêt franc-comtoise à l'épreuve du réchauffement climatique

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Le réchauffement climatique menace la survie de certaines essences d'arbres dans les forêts de Franche-Comté. Face à une hausse prévue des températures de 2°C à 4°C d'ici à 2100, les forestiers cherchent des solutions pour aider la forêt à survivre à ce choc.

Des épicéas victimes de scolytes en forêt communale d'Esserval-Tartre (Jura)
Des épicéas victimes de scolytes en forêt communale d'Esserval-Tartre (Jura) © Radio France - Christophe Mey

Dans la forêt communale d'Esserval-Tartre, en bordure du massif forestier de la Joux dans le Jura, les scolytes font des ravages. Environ 20% des épicéas sont touchés par ces petits insectes qui creusent des galeries sous l'écorce et provoquent la mort des arbres en détruisant les tissus conducteurs de sève. L'épidémie de scolytes s'étend désormais sur la quasi-totalité des forêts d'épicéas de la moitié nord de la France. Ce bois "scolyté" va se vendre en moyenne 20 euros le mètre cube, contre 60 euros pour du bois sain. Un manque à gagner considérable pour les communes forestières. Et Jean-Noël Ferreux, le maire d'Esserval-Tartre, s'interroge : "ce qui nous pose problème, c'est quoi et comment replanter".

À cette question, il n'y a pas à l'heure actuelle de réponse définitive. Les climatologues prévoient une hausse des températures moyennes de 2°C à 4°C d'ici à 2100, avec beaucoup de questionnements sur l'évolution des pluies. Or 2100, à l'aune d'une vie d'arbre, c'est demain. "Les scénarios d'évolution climatique sont très divers, c'est une grosse incertitude pour les forestiers" constate Jean-François Boquet, directeur adjoint de l'ONF (Office National des Forêts) en Franche Comté. "Nous sommes obligés de prendre des décisions dans un contexte incertain, il va falloir s'y habituer".

Bientôt il n'y aura plus d'épicéas en plaine

Une quasi-certitude : l'épicéa va disparaître en plaine. "C'est surtout ce secteur-là qui a été touché par les scolytes", analyse le directeur régional de l'ONF Frédéric Kowalski, "il y a moins d'inquiétude au-dessus de 800 mètres, mais on ne sait pas ce que l'avenir nous réserve". Le sapin, lui, ne subit pas les attaques de scolytes, mais il est sensible à la sécheresse, sous forme d'individus disséminés, plutôt que de zones complètes comme l'épicéa. Le hêtre, qui jusqu'ici n'avait jamais connu de problème en Franche-Comté, a subi en 2019 une mortalité importante sur un axe Montbéliard-Gray, sous l'effet de la canicule. Les modèles climatiques et les modèles de végétation laissent présager que le hêtre va se replier en altitude dans les prochaines décennies. 

L'écorce d'un épicéa parasité par les scolytes en forêt d'Esserval-Tartre (Jura)
L'écorce d'un épicéa parasité par les scolytes en forêt d'Esserval-Tartre (Jura) © Radio France - Christophe Mey

Pour Didier François, du pôle recherche développement et innovation de l'ONF à Dole, "le réchauffement climatique est tellement brutal que les arbres n'ont pas 50 solutions : soit ils vont mourir, soit ils vont s'adapter". Mais il leur faudra des décennies, voire des siècles. Les essences d'arbres du sud de la France ont commencé naturellement une lente migration vers le nord, une migration que l'ONF a décidé de favoriser. Des expériences sont en cours dans plusieurs régions françaises. "On va aller chercher des arbres dans le sud de la France", explique Didier François, "et commencer à les transposer vers le nord par petites touches, en faisant un brassage génétique de manière à aider les espèces à s'adapter."

Des sapins des Pyrénées plantés en forêt de Levier

En Franche-Comté, 3.000 sapins pectinés en provenance de plusieurs secteurs du massif pyrénéen (Aude, Corbières) ont été plantés il y a trois ans en forêt de Levier, susceptible de connaître le climat du sud dans 50 ans. Les chercheurs espèrent que les gènes de ces arbres, qui sont habitués à des conditions de sécheresse, pourront se mêler aux gènes des sapins jurassiens et ainsi les aider à supporter les chaleurs à venir.

L'un des 3000 petits sapins des Pyrénées plantés à titre expérimental en forêt de Levier (Doubs)
L'un des 3000 petits sapins des Pyrénées plantés à titre expérimental en forêt de Levier (Doubs) © Radio France - Christophe Mey

D'autres expériences sont en cours, comme par exemple l'implantation de sapins de Bornmüller, une essence originaire de Turquie, dans la forêt de Voires dans le Doubs. Quelques spécimens y avaient été plantés il y a une soixantaine d'années et se sont bien adaptés. Les forestiers espèrent que ces sapins turcs vont mieux résister à la sécheresse. Un recensement a d'ailleurs été mené partout en Franche-Comté, pour repérer des espèces atypiques qui se seraient bien acclimatées,  il y a par exemple des pins maritimes en Haute-Saône.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess