Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : la justice administrative suspend les tirs de renard en Isère

-
Par , France Bleu Isère

L'association France Nature Environnement salue la décision du tribunal administratif de Grenoble en date du 24 novembre.

Un renard au début de l'été
Un renard au début de l'été © Radio France - © Photo Christophe Noiseux / Radio France

La chose est encore valable jusqu'à ce vendredi 27 novembre au soir : les chasseurs font partie des rares privilégiés, avec les éducateurs sportifs, à pouvoir accéder à la nature au-delà du kilomètre réglementaire imposé au quidam. Les autorités font valoir que leur rôle est nécessaire pour la régulation de certaines espèces. Ainsi la Préfecture autorise-t-elle durant ce deuxième confinement la chasse aux sangliers (qui font des dégâts dans les cultures) et aux cervidés (qui  mangent les jeunes pousses de nos forêts) afin d'éviter leur prolifération. 

En Isère, on y a ajouté le renard, qui peut être tiré durant les battues visant les deux premières catégories citées. C'est ce dernier point qui a été retoqué par le juge administratif dans une décision en référé ce 24 novembre. "Une bonne nouvelle pour la protection du renard" se réjouit la branche iséroise de France Nature Environnement (FNE, ex-FRAPNA) dans un communiqué. 

"Une espèce essentielle"

Et l'association de citer les motivations du tribunal : « contrairement au gros gibier, comme les sangliers et les cervidés, le renard n’est pas à l’origine des risques sanitaires liés aux maladies circulant actuellement en Europe ou encore des dégâts causés à l’agriculture. À l’inverse, il est soutenu que le renard est une espèce essentielle pour lutter contre la propagation des maladies vectorielles telles que la maladie de Lyme et qu’il est également un auxiliaire de l’agriculture en tant que prédateur de rongeurs nuisibles ». La régulation du renard, donc, n'est pas justifiée. En revanche, les battues aux sangliers et aux cervidés (cerfs et chevreuils) restent autorisées. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess