Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La justice dit « oui » au centre de déchets de Ghjuncaghju

-
Par , France Bleu RCFM

Après le Tribunal administratif de Bastia en octobre 2019, la cour administrative d'appel de Marseille a confirmé à son tour ce vendredi la validité du projet d'enfouissement de déchets de Giuncaghju (Haute-Corse).

Nouvelle déception pour "Tavignanu vivu"
Nouvelle déception pour "Tavignanu vivu" © Radio France - Olivier Castel

Ce projet d’un CET (centre d'enfouissement technique de déchets) sur cette commune située à quelques kilomètres d'Aleria, en amont du Tavignanu, est contesté depuis son lancement par des riverains réunis au sein de l’association « Tavignanu Vivu » ainsi que par la collectivité territoriale de Corse (CDC). Un projet d'une capacité annuelle de 70.000 tonnes pendant 30 ans, porté par l'opérateur privé Oriente Environnement. Celui-ci avait été d’abord bloqué par un arrêté préfectoral, un arrêté annulé par le tribunal administratif de Bastia le 3 octobre dernier, en pleine crise des déchets. 

La cour administrative d'appel de Marseille vient donc de confirmer « le bien-fondé de ce jugement » et de rejeter le recours dont elle a été saisie par l’association. Cette juridiction a notamment jugé « infondé le motif invoqué par le préfet pour refuser d'autoriser le projet ». Le préfet estimait notamment à l’époque que le dossier d'Oriente Environnement "ne permettait pas de lever les doutes sur les risques présentés par les caractéristiques géologiques du site d'implantation du projet". La cour d'appel de Marseille a quant à elle jugé "que les mesures proposées par la société Oriente Environnement pour compenser les atteintes, inévitables, à la faune et à la flore présentes sur le site d'implantation étaient suffisantes".  

Les riverains ne veulent pas en rester là !
Les riverains ne veulent pas en rester là !

Le collectif de riverains opposés à ce centre assure que ce projet met "sciemment en danger la population, l'économie et l'environnement de toute une région ». Il doit réunir ses membres dans les prochaines heures et voir avec son conseil quelles suites donner à la procédure après cette nouvelle décision de justice qui lui est contraire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess