Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Loi anti-gaspillage : "Nous voulons lutter contre l'obsolescence programmée", explique la rapporteure

Faire mieux contre le gaspillage et pour mieux trier nos déchets. C'est l'objectif du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et l'économie circulaire débattu à partir d'aujourd'hui à l'Assemblée. La députée LREM de Fécamp Stéphanie Kerbarh est rapporteure du projet de loi.

Pour favoriser le tri-sélectif, le Sicoval a multiplié les conteneurs dédiés au recyclage et a installé 9 000 composteurs.
Pour favoriser le tri-sélectif, le Sicoval a multiplié les conteneurs dédiés au recyclage et a installé 9 000 composteurs. © Radio France - Théo Caubel

Fécamp, France

La députée de Fécamp Stéphanie Kerbarh a soutenu ce matin sur France Bleu Normandie le projet de loi sur l'économie circulaire débattu à partir d'aujourd'hui à l'Assemblée nationale et présenté par la secrétaire d'Etat Brune Poirson. 

Contre l'obsolescence programmée, notamment dans l'électronique, le projet de loi veut créer un "indice de réparabilité" qui précisera si un produit est aisé à réparer, et faciliter l'accès aux pièces détachées.

Le texte propose une batterie de mesures pour réduire les déchets, dont l'interdiction du plastique et des contenants à usage unique dans les fast-foods pour les repas servis sur place.

Il est aussi question de développer les consignes pour les bouteilles plastiques. Une idée qui divise. Les élus locaux qui ont investi dans le recyclage s'inquiètent de perdre une source de revenus importante.

Stéphanie Kerbarh invitée de la rédaction

Le projet antigaspi prévoit encore la mise en place de huit nouvelles filières REP (à responsabilité élargie des producteurs), suivant le principe de pollueur-payeur qui exige des professionnels qu'ils financent la gestion des déchets liés à leurs produits.  Cela va concerner le tabac pour la récupération des mégots, ou le bâtiment, alors que les dépôts sauvages du BTP sont une préoccupation majeure.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu