Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

La grue, cet oiseau de plus en plus lorrain

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Les grues européennes migrent du nord vers le sud, de mi-octobre à mi-novembre. La population et les habitudes de la grue ont beaucoup évolué ces quarante dernières années en Europe occidentale.

Deux grues à proximité de l’étang de Lachaussée dans la Meuse, un lieu d’accueil de longue date pour ces oiseaux en Lorraine.
Deux grues à proximité de l’étang de Lachaussée dans la Meuse, un lieu d’accueil de longue date pour ces oiseaux en Lorraine. - Alain Salvi

Lorraine, France

Pendant un mois, jusqu'à la mi-novembre, les grues vont traverser, parfois même s'installer pour l'hiver en Lorraine. Ces oiseaux font le chemin depuis l'Europe du Nord, à la recherche de nourriture et d'un climat plus doux.

Il y a quarante ans, les grues des pays du Nord migraient en Espagne, au Portugal ou en Afrique du Nord. Désormais, les grues ne traversent presque plus la Méditerranée. Un tiers d'entre elles ne franchit plus les Pyrénées. Elles passent alors l'hiver en France voire en Allemagne. 

Les grues ont vu aussi leur population grossir : elles sont 350 000 désormais en Europe occidentale, contre 30 000 il y a une quarantaine d'années. 

Un changement de comportement dû à l'homme

Alain Salvi est président du Conservatoire d'espaces naturels de Lorraine. Le Lunévillois, spécialiste des grues, explique pourquoi les grues sont plus nombreuses et migrent moins loin : "L'agriculture intensive, le développement de maïs, des champs sans haie ni bocage, a aidé les grues et a contribué leurs conditions de vie. Avec le changement climatique, elles ont moins froid dans nos contrées".

Un grue près de l’étang de Lachaussée au sud de Jarny, dans la Meuse. - Aucun(e)
Un grue près de l’étang de Lachaussée au sud de Jarny, dans la Meuse. - Alain Salvi

Pour Alain Salvi, ces oiseaux ont un impact positif dans la nature, mais provoquent l'ire des agriculteurs : "Ces grues sont des indicateurs de bonne qualité des milieux. Si elles se réinstallent pour nicher, ça témoigne d'une qualité de milieu : on appelle ça une espèce-parapluie. Elles attirent aussi les touristes, comme par exemple autour du lac de Der-Chantecoq. Mais les grues s'arrêtent dans des champs à la migration de retour et peuvent créer des dégâts sur des semis qui viennent d'être réalisés."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu