Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La migration des saumons a déjà commencé dans la rivière Dordogne

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Périgord

La remontée des saumons sauvages a commencé avec près d'un mois d'avance dans la Dordogne. Le premier reproducteur a été filmé le 31 janvier au barrage EDF de Tuilières, et 17 autres sont passés par l'ascenseur du barrage.

en 2019, 256 saumons sont passés par l'ascenseur du barrage de Tuilières
en 2019, 256 saumons sont passés par l'ascenseur du barrage de Tuilières © Radio France - Harry Sagot

Plus de trente ans après la construction d'un ascenseur à poissons à Tuilières, et l'aménagement d'échelles sur les autres barrages EDF, la population de saumons sauvages n'est toujours pas auto-suffisante, et une trentaine de géniteurs doivent être capturés chaque année, pour rejoindre la pisciculture de l'association MIGADO qui assure le soutien de la population de saumons. En 2019, 256 saumons ont été comptabilisés grâce aux caméras vidéo installées dans les barrages, et environ 500 en 2018, mais selon l'ingénieur-environnement des barrages EDF, Thomas Reynier, il faudrait au moins 2.000 géniteurs pour pouvoir se passer du repeuplement annuel d'environ 1 million d'alevins et de saumons juvéniles. La pêche du saumon est interdite sur le bassin Garonne-Dordogne depuis 1978.

Une migration très précoce cette année

Cette année, le premier saumon est passé le 31 janvier au barrage de Tuilières, et 17 autres ont été filmés en février par les caméras-vidéo de comptage. Thomas Reynier a même pu voir passer le 18ème "en direct", derrière la vitre aménagée pour l’observation (le barrage de Tuilières accueille chaque année plus de 5.000 visiteurs).

Thomas Reynier a pu observer le passage du saumon derrière la vitrine de l'ascenseur à poissons

Une année de sécheresse 

EDF a également dressé le bilan annuel des barrages électriques du bassin de la Dordogne. Le groupe a réalisé 21 millions d'euros de travaux d'entretien sur ses barrages en 2019, dont 3,9 millions pour une troisième passe à poissons au barrage de Mauzac (cette amélioration a été subventionnée pour moitié par l'Agence de l'eau  Adour-Garonne). En 2019, les 28 centrales EDF du bassin de la Dordogne ont produit 25% d'électricité de moins qu'en moyenne : 2.071 gigawatt-heure seulement à cause de la sécheresse. Pour le directeur du groupe d'exploitation hydraulique EDF-Dordogne, Vincent Marmonier, "l'année 2019 est une petite année en terme de production d'électricité, et pendant l'été notre priorité était de maintenir le niveau des rivières et des lacs pour les activités touristiques et pour assurer la vie aquatique." La moitié de cette production d'électricité a été réalisée sur les seuls mois de novembre et décembre, et surtout au moment des pointes de consommation, le soir et le matin. Cette production représente quand même la consommation d'environ 850.000 personnes.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu