Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La moitié de la zone de la Jallère, à Bordeaux-Lac, va être sanctuarisée

-
Par , France Bleu Gironde

Ce mardi, le conseil municipal a voté pour la sanctuarisation de 45 des 95 hectares de la zone de la Jallère à Bordeaux-Lac. C'était une volonté de longue date du maire Pierre Hurmic. Quand il était conseiller municipal, il s'était élevé contre les projets immobiliers prévus sur la Jallère.

Le plan de la Jallère à Bordeaux avec les futures zones sanctuarisées qui sont marquées en rouge.
Le plan de la Jallère à Bordeaux avec les futures zones sanctuarisées qui sont marquées en rouge. - Capture d'écran Google Maps

À force de patience, Pierre Hurmic a finalement réussi à gagner le combat pour sanctuariser la zone de la Jallère. Une annonce qui tombe la même semaine que la journée mondiale du climat et le cinquième anniversaire de l'Accord de Paris sur le climat. L'actuel maire de Bordeaux a annoncé que 45 des 95 hectares du parc de la Jallère, à Bordeaux-Lac, seront intouchables car il s'agit de zones humides que le maire écologiste souhaite protéger.

La Jallère, pour rappel, c'est cette zone humide qui stocke à la fois le carbone mais aussi est une ligne de défense en cas d'inondation ou de crue. Cette volonté de sanctuariser est portée par Pierre Hurmic depuis six ans, du temps où il n'était que conseiller municipal. Ce mardi, lors du conseil municipal, il a finalement pu la traduire en acte. D'où sa fierté de voir la moitié de la Jallère devenir intouchable : "Ça fait des années qu'on se bat contre l'urbanisation de la Jallère. C'est une belle illustration de ce que les collectivités doivent faire pour donner du sens au combat climatique."

Pas de forêt urbaine de 50 000 arbres

À l'origine, 2 000 logements devaient sortir de terre et le projet avait été confié au même architecte que celui du Bassins à Flot. Cette fois-ci, il devait réaliser quelque chose de moins dense et des maisons individuelles sur pilotis.

C'est le seul moyen qu'on avait trouvé de bloquer le projet - Pierre Hurmic

Dès le début, Pierre Hurmic a considéré ce lopin de terre comme l'un des derniers poumons verts de Bordeaux. Il a milité, d'abord, en proposant de créer une forêt urbaine de 50 000 arbres. "C'est le seul moyen qu'on avait trouvé de bloquer le projet. On a réussi !", s'est félicité l'actuel maire avant de reconnaître que c'était un moyen de court-circuiter le projet et que cette forêt ne verra jamais le jour.

Pierre Hurmic aime aussi l'action. Il avait fait plus soft que la fois où il s'est enchaîné aux marronniers de la place Gambetta. Pour la Jallère, il a enfilé des gants et on l'a vu nettoyer la zone, enlever des pneus, des bouteilles en verre, ou encore des cannettes de soda.

"C'est une question de volonté politique", rappelle le maire écologiste qui a encore une fois trouvé une ruse pour statuer sur un terrain qui ne lui appartient pas. Pour rappel, c'est la Métropole de Bordeaux qui est propriétaire des 45 hectares qu'il va sanctuariser.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess