Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La naturaliste Frédéric Beau protecteur du papillon l'Azuré des mouillères

-
Par , France Bleu Berry

Dans la réserve naturelle de la Chérine, au cœur du parc de la Brenne, le naturaliste Frédéric Beau cherche à préserver l'un des trésors de la région : un papillon dénommé l'Azuré des mouillères.

L'Azurée des mouillères pond ses oeufs sur des gentianes des marais.
L'Azurée des mouillères pond ses oeufs sur des gentianes des marais. © Radio France - Julien Raymond

Connaissez-vous l'Azuré des mouillères ? C'est un petit papillon sur lequel travaille le naturaliste Frédéric Beau dans la réserve naturelle de la Chérine. Il a pour objectif de faciliter sa reproduction voire d'aider le papillon à coloniser d'autres secteurs du parc naturel de la Brenne. "Ce serait super qu'il arrive à se rendre dans les zones environnantes. J'aurais le sentiment du devoir accompli", confie Frédéric Beau. Il souhaite aussi sensibiliser le grand public à son développement et son cycle de vie très particulier

Un cycle de vie exceptionnel qui rend l'Azuré des mouillères fragile

En effet, l'Azuré des mouillères pond ses œufs uniquement sur des gentianes des marais. Ces plantes poussent en zone humide, notamment au bord des nombreux étangs que compte le parc naturel de la Brenne. "Au-delà de ma préoccupation pour le papillon, je m'assure de la sauvegarde des gentianes car, sans-elles, l'Azuré des mouillères ne peut exister", détaille le naturaliste. Une fois l’œuf pondu, une chenille en sort au bout de 3 semaines. Elle va se nourrir de la gentiane et se laisser tomber sur le sol. Il faut, ensuite, qu'une fourmi prenne en charge la chenille pour l’amener dans sa fourmilière afin que celle-ci passe l'hiver au chaud. Une fois le printemps venu, la chenille devenue papillon sort de son abris et prend son envol définitif.

Ce processus de développement bien précis complique l'existence de ce papillon. Si Frédéric Beau est incapable de chiffrer le taux de survie d'une portée, il estime que sur "100 œufs pondus, seuls quelques-uns atteignent l'âge adulte". 

Capture d'écran Facebook
Capture d'écran Facebook - Epiméthée
Choix de la station

À venir dansDanssecondess