Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La Nouvelle éco en Poitou : Les mouches de Nextalim transforment les déchets alimentaires.

-
Par , France Bleu

En plein essor, l’entreprise poitevine NextAlim produit de la protéine d’insecte, en l’occurrence les larves de la mouche Hermetia Illucens. La société qui ne connait pas la crise se focalise désormais sur la production d’œufs de mouches.

La mouche du soldat noir, riche en protéines et en graisse, se reproduit très vite.
La mouche du soldat noir, riche en protéines et en graisse, se reproduit très vite. - NextAlim

Dans la nature, de nombreux insectes participent au recyclage des nutriments. En digérant les biodéchets, ils les transforment en matières utiles aux plantes, et eux-mêmes deviennent des aliments de choix pour les autres animaux dans la chaîne alimentaire … comme la mouche du soldat noir.  

Cet insecte, qui provient des zones tropicales, présente de nombreux avantages pour l’entreprise NextAlim, précurseur depuis 2014 dans la production de ce type de protéine en France. « La mouche noire se nourrit (à l’état larvaire) de déchets alimentaires. Elle se reproduit rapidement et ne survit que deux semaines sous nos climats . La mouche est totalement   inoffensive » explique Jean-Bernard Escoufier, son président. Cette mouche fait surtout partie des sept seuls insectes autorisés à l’élevage en Europe pour l’aquaculture, l’alimentation des animaux de compagnie et la chimie verte. 

Protéines d'insecte, un enjeu environnemental

Les larves de la mouche du soldat noir métabolisent les nutriments encore présents dans les déchets alimentaires. Ces derniers proviennent des invendus de la grande distribution, des brisures de pain, des drêches de brasserie ou encore des marcs de café. Une fois métamorphosés, ils deviennent des protéines, des graisses, des huiles. L'entreprise poitevine transforme aussi les déjections de mouches en fertilisants homologués en agriculture biologique.  Elle participe à l'économie circulaire. 

Ces protéines d’insecte apparaissent comme une alternative plus écologique, que les farines de soja et de poissons, majoritairement utilisées par les industriels pour nourrir les animaux. Selon le président de NextAlim, les experts prédisent qu'il manquera 60 millions de tonne de protéines à l'horizon 2030.  « Comment nourrir 10 milliards d'êtres humains sur Terre ? A terme, nous aimerions que notre farine d'insecte puisse nous alimenter  » conclut-il. 

240 kilogrammes d’œufs par an vendus

Aujourd’hui, l’entreprise se focalise sur la production de larves de mouches vendues non transformées. Cela représente environ 240 kilogrammes d’œufs par an, sachant qu’un kilo d’œufs de mouche du soldat noir permet le traitement de 25 tonnes de déchets. L’activité de production, qui ne connait pas la crise, pourrait être multipliée par 10 cette année.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess