Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Nouvelle Eco : une entreprise de carburants alternatifs s'installe à La Rochelle

-
Par , France Bleu La Rochelle

L'entreprise Altens installe ce jeudi 17 septembre deux cuves de stockage sur le port de la Pallice à La Rochelle. L'idée : proposer aux professionnels de la route de toute la façade atlantique un carburant alternatif au diesel farbiqué à partir de végétaux ou même d'huile alimentaire usagée

Depuis La Rochelle, Altens veut permettre aux camions de rouler plus propre et plus local grâce à des agro et biocarburants.
Depuis La Rochelle, Altens veut permettre aux camions de rouler plus propre et plus local grâce à des agro et biocarburants. - Illustration Altens

"Des carburants qui ne contiennent aucun produit fossile". Voilà ce qu'Etienne Valtel, le directeur général d'Altens, appelle des carburants alternatifs et ce qu'il stocke dans deux cuves sur le port de La Pallice à La Rochelle où est basée son entreprise depuis ce jeudi 17 septembre. Plus de pétrole donc mais des végétaux à la place : " on utilise essentiellement du colza". C'est donc un agrocarburant, certes plus propre que le diesel, "selon les chiffres de l'agence de la transition écologique, on émet entre 55 et 90% de gaz à effet de serre en moins", mais pas parfait, ils peuvent poser des problèmes déforestation et d'insécurité alimentaire selon Greenpeace. 

Alors à la Rochelle, Altens propose aussi un biocarburant et là même plus besoin de cultiver exprès : "on parle là de résidus alimentaires comme l'huile usagée que l'on récupère auprès des restaurants mais aussi des résidus de la filière viticole qui sont distillés pour récupérer leur potentiel énergétique". Et pourquoi pas des résidus des vignes du Cognac toutes proches.

Privilégier la filière locale

Travailler en circuit-court, primordial pour Etienne Valtel. " L'idée c'est pas de réduire le bilan carbone du transporteur pour en rajouter sur la filière de production. Et puis on veut aussi aider les agriculteurs locaux." Et ce qui explique le choix de La Rochelle pour les deux cuves de stockage. Car l'usine de transformation n'est pas loin non plus, à Poitiers, et _"La Rochelle a l'avantage d'avoir une place centrale sur la façade atlantique_, on peut aussi bien fournir des clients en Bretagne que jusqu'à la frontière espagnole".

Des carburants alternatifs pour le moment réservé aux professionnels car il faut pouvoir les stocker : "on s'adresse aux transporteurs de marchandises mais aussi aux sociétés qui tiennent les bus, aux collectivités locales pour leurs transports, aux entreprises de BTP et même aux agriculteurs eux-mêmes pour boucler la boucle et qu'ils puissent faire fonctionner leurs engins agricoles grâces aux ressources qu'ils ont produites".  Des biocarburants plus chers à produire mais moins taxés ce qui permet d'avoir un coût final similaire à celui du diesel. 

Altens veut tirer profit d'une décision prise par le Parlement Européen qui impose aux poids lourds neufs de diminuer leurs émissions de CO2 de 30 % d'ici à 2030 (calculé par rapport aux niveaux de 2019). Et avant cela, de 15 % au courant de l'année 2025. Altens va aussi embaucher deux personnes à La Rochelle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess