Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La préfecture de la Drôme dit non au projet de carrière à Saint-Nazaire-en-Royans

C'est une victoire pour les opposants à la carrière sur le Mont Vanille : la préfecture de la Drôme a refusé ce mardi 9 février l'ouverture du projet situé à l'entrée du village de Saint-Nazaire-en-Royans (Drôme), au pied du Vercors, notamment pour préserver le paysage.

Le Mont Vanille, à Saint-Nazaire-en-Royans (Drôme)
Le Mont Vanille, à Saint-Nazaire-en-Royans (Drôme) © Radio France - Nathalie Rodrigues

Ils étaient plusieurs centaines d'habitants mobilisés contre ce projet de carrière, celle sur le Mont Vanille, à l'entrée de Saint-Nazaire-en-Royans (Drôme). Pour eux, elle allait défigurer leur petit coin de paradis, le paysage typique du coin de l'entrée du Vercors. Ce mardi 9 février, la préfecture de la Drôme leur a offert une victoire, en refusant via un arrêté l'autorisation environnementale d'ouverture de cette carrière à la société Benoit Gauthier. L'entreprise peut faire appel de cette décision. La préfecture a justifié sa décision, notamment, sur le patrimoine paysager.

"Impact visuel prégnant"

Dans son communiqué, publié ce mardi, la préfecture de la Drôme avance plusieurs motivations à ce refus.

  • la localisation "sur un itinéraire touristique majeur", à l'entrée du Vercors
  • l'impact sur le "patrimoine paysager"
  • l'impact visuel "prégnant" sur la qualité des routes vertigineuses conduisant aux gorges de la Bourne
  • la proximité de la commune de Combe-Laval
  • la proximité de la commune d'Hostun, "site patrimonial remarquable"
  • les excavations à venir qui porteront "irrémédiablement atteinte au paysage"

Selon le maire de la commune de Saint-Nazaire-en-Royans, Rémi Saudax, élu en 2020, cette décision de la préfecture est "l'aboutissement de tout ce que les opposants au projet (dont il fait partie) ont fait depuis l'année dernière".

Une première "belle victoire" pour les opposants au projet

"En un an, on a mobilisé des gens avec une volonté citoyenne, relayée par des élus, pour faire valoir cette opposition. On est restés déterminés et convaincus jusqu'au bout, donc c'est une belle victoire, même si ce n'est qu'une bataille" explique Rémi Saudax, qui était même allé jusqu'à entamer un jeûne de 15 jours en janvier pour interpeller sur le projet. 

La société chargée de l'ouverture des carrières a désormais deux mois pour contester l'arrêté du Préfet par un recours devant le Tribunal administratif. Le maire de Saint-Nazaire-en-Royans veut donc rester vigilant, car la bataille risque de continuer. Pour autant, il se montre confiant :  "en fonction du recours qui pourra être déposé et de ce qui va être contesté par la société, nous avons encore des possibilités et des choses à faire valoir pour bloquer ce projet"

Katherine Allot est une habitante de Saint-Nazaire-en-Royans, elle fait partie du collectif de protection du Mont Vanille. "On est à l'entrée ouest du parc du Vercors sur une montagne qui héberge des populations de chauve-souris, c'est un couloir écologique très important pour toute une série d'espèces protégées. Ce projet de carrière, c'était une catastrophe paysagère puisqu'on se retrouve sur les grandes routes touristiques du Vercors et ça aurait été une atteinte forte aux paysage du Royans-Vercors. C'est beau, c'est un cadre de vie magnifique, on est privilégiés. Si on ne protège pas ça, ou va-t-on ?" 

Elisa Veiry, quant à elle, habite à 150 mètres du lieu où la carrière aurait pris place. Elle est soulagée par la prise de cet arrêté préfectoral : "Nous avons acheté en 2019 et nous avons appris par hasard dans le livret de la commune qu'il y avait un projet de construction de carrière. Nous avions rassemblé toutes nos économies pour déménager à Saint-Nazaire-en-Royans pour offrir à nos enfants calme et sérénité et puis un confort de vie proche de la nature. C'est un poids énorme qui s'est enlevé de nos épaules quand on a su pour l'arrêté. On s'est dit qu'on allait enfin  pouvoir avancer, faire des projets et profiter de ce cadre magnifique."

Contactée, la société Benoît Gauthier n'a pas fait savoir ses intentions, entre un abandon du projet des carrières ou un recours devant le Tribunal administratif pour annuler l'arrêté préfectoral.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess