Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La préfecture des Hautes-Pyrénées autorise les mesures d'effarouchement après trois attaques d'un seul ours

Après trois attaques d'un même ours sur des troupeaux de la vallée du Louron, la préfecture des Hautes-Pyrénées déclenche le protocole "ours à problème", autorisant les agents de l'Office Français de la Biodiversité à analyser le comportement de cet ours jugé anormal.

Illustration Ours
Illustration Ours © Maxppp - BELPRESS/MAXPPP

Depuis le 19 avril courant, trois prédations ont eu lieu sur des troupeaux en vallée du Louron. Toutes ont été examinées par les services et opérateurs de l’État. Les éléments relevés sur la bergerie de Lançon ou encore sur un pâturage de montagne à Vielle Louron caractérisent un comportement anormal de prédation, assigné à un seul et unique ours. La préfecture a donc décidé de déclencher le protocole « ours à problème ».

Début des opérations dans la nuit du mercredi au jeudi

Des opérations qui auront pour objectif de remédier au comportement problématique de cet animal. Il consiste à tirer des balles en plastique à courte distance pour toucher l’arrière-train de l’animal et à faire éclater des cartouches à double détonation à proximité de l’animal, lors de sa fuite. Les opérations se déroulent à partir de cette nuit sous la conduite de l’Office Français de la Biodiversité.

"Ce n'est pas un animal dangereux pour l'homme"

Contacté par France Bleu Occitanie, Alain Reynes défend les ours. Étant le Président du Pays de l'Ours Adet, il revient sur le cas de Goiat, un mâle lâché en 2016 sur les Pyrénées Catalanes en Espagne. Il est pointé du doigt comme étant le responsable de ces dernières attaques par les éleveurs.

"On se focalise un petit peu sur lui depuis qu'il a été lâché. Peut être qu'il a un comportement qui est parfois un peu différent des autres, un peu plus audacieux. Mais encore une fois, sans que ça pose aucun problème de sécurité publique puisque personne ne l'a vu. Il n'a jamais menacé ou agressé personne. Ce n'est pas un animal dangereux. Il n'y a pas à éliminer, à capturer cet animal de manière urgente. Il faut effectivement expertiser les choses. C'est absolument prévu dans le cadre du protocole problème à ours, qui prévoit d'abord une expertise du comportement de l'animal par des biologistes et des techniciens. Puis la définition des moyens de traiter cette question s'il est avéré que l'animal a un comportement anormal."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess