Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La relance éco : toujours plus de déchets verts collectés à vélo par l'association Amiénoise Les Recyclettes

-
Par , France Bleu Picardie

Depuis février, l'association Amiénoise, Les Recyclettes collecte, à vélo les déchets verts dans les restaurants et monte des projets de bacs collectifs à compost pour les particuliers ou les entreprises. Une activité vite ralentie avec le confinement mais qui redécolle.

Jospéhine Halle, l'une des deux cofondatrices de l'association Les Recyclettes
Jospéhine Halle, l'une des deux cofondatrices de l'association Les Recyclettes © Radio France - François Sauvestre

Connaissez-vous Les Recyclettes ? Depuis février, cette association Amiénoise collecte, à vélo les déchets verts dans les restaurants et monte des projets de bacs collectifs à compost pour les particuliers et les entreprises. Il y a de quoi faire quand on sait que les épluchures et autres coquilles d’œufs représentent un tiers de nos poubelles et la moitié de celle des entreprises !  

L'activité des Recyclettes a vite été ralentie avec le confinement mais redécolle et l'association ne manque pas de projet pour se développer. "Là où nous sommes plus visibles, ce sont les collectes à vélo", explique Joséphine Halle, l'une des deux cofondatrices des Recyclettes. Chaque jour elle fait la tournée des restaurants amiénois. Elle arrive avec des bacs vides dans la remorque du vélo et repart avec des bacs pleins de déchets verts. 

Joséphine Halle explique les origines de l'association Les Recyclettes

Mesurer l'impact positif de la démarche.

Chaque bac est pesé pour que les adhérents au service des Recyclettes puissent suivre leur production de déchets organiques et mesurer l'impact positif de la démarche. C'est ce qui a séduit Claire Chaumeille qui gère le restaurant Robin Room en centre-ville. "On fait beaucoup de légumes et ces déchets là représentent 150 à 200 kilos par mois. C'est une matière première qui vaut de l'or. On consomme, c'est comme ça c'est la société, les Hommes vont manger au restaurant mais de se dire que l'on peut faire des choses pour alléger notre planète c'est cool."

Pour l'instant une dizaine de restaurateurs d'Amiens, un brasseur, ou encore un traiteur font appel aux Recyclettes pour un coût qui va de 30 à 70 euros par mois en fonction du nombre de bacs.  Une fois la tournée terminée les déchets sont déposés au Jardin du Bout d'la rue, quartier Elbeuf. C'est là que sont installés les bacs à compost de l'association de Joséphine Halle. 

La Relance Eco de France Bleu Picardie

En attendant peut-être de vendre leur compost, Les Recyclettes ont plusieurs pistes pour se développer. "Pour les professionnels, il y a ceux qui n'ont pas d'espace et ne peuvent pas composter sur place et ceux qui ont un peu de terrain et qui peuvent gérer leurs déchets in-situ. C'est du compostage en établissement. Cela concerne tous les établissements où l'on fait à manger de la crèche aux lycées en passant par les cantines d'entreprises, les universités", détaille Joséphine Halle. 

"Notre but c'est d'accompagner ces structures là pour qu'elles puissent être autonomes dans la gestion de leurs déchets organiques et que le camion poubelle arrête d'aller les collecter pour ces déchets là. On essaye vraiment de réfléchir à des solutions qui conviennent à des enjeux légaux puisque la loi évolue et on va tous être obligés de trier à la source nos bio-déchets à partir de 2024, les entreprises comme les particuliers. Et il faut répondre aux enjeux environnementaux. Je suis persuadé qu'on a pas le temps d'attendre 2024. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess