Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Seine à Vélo : un projet aberrant pour l'écrivain Jean-Marie Gustave Le Clézio

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

L'écrivain Jean-Marie Gustave Le Clézio garde un souvenir ému de ses promenades sur le chemin de halage entre Vernon et Pressagny l'Orgueilleux. Il apporte son soutien à la famille Gallimard qui se bat avec d'autres riverains pour que ce sentier ne devienne pas une piste cyclable bitumée.

Le chemin de halage à Pressagny l'Orgueilleux est appelé à devenir une véloroute bitumée
Le chemin de halage à Pressagny l'Orgueilleux est appelé à devenir une véloroute bitumée © Radio France - Anne Bertrand

"Le projet de transformer cette promenade romantique, au fil de l'eau, au rythme lent, en une piste cyclable moderne, bitumée et fléchée, n'est pas seulement absurde, il est aberrant." Jean-Marie Gustave Le Clézio, prix Nobel de Littérature, a souvent marché sur ce chemin de halage entre Vernon et Pressagny l'Orgueilleux, comme son père et son grand-père avant lui. Et il a choisi, dans un texte publié par Paris-Normandie, de soutenir le combat porté par la famille de son éditeur, Antoine Gallimard, qui possède une maison ici.  

Car le sentier, presque encore à l'état sauvage, est promis au bitume dans les deux ans à venir. Il doit laisser place à une véloroute, remontant la Seine jusqu'au Havre. A Pressagny, les maisons sont proches du fleuve et le chemin est par endroits très étroit. Une dizaine de riverains pourraient être expropriés de 7 à 10 mètres de jardin. C'est le cas de Danièle, la maison appartenait à ses parents et elle y vit désormais. La Pressécagnienne ne s'inquiète pas pour sa tranquillité mais celle de la faune environnante : "Vous avez à l'automne des canards migrateurs, des oies qui viennent se reposer sur les berges. L'été, vous avez des batraciens qui croassent. Un peu plus loin, vous avez aussi des cheiroptères, des chauves-souris en voie de disparition qui vont être très dérangées."

Pour moi, c'est de l'écologie qui tue l'écologie - Danièle, une habitante de Pressagny 

La flore, selon cette riveraine, va également souffrir de cette véloroute large d'au moins 2,50 mètres. Des travaux de décaissement seront indispensables avant de bitumer le sentier. "Tous ces arbres là, explique Danièle en montrant un magnifique saule pleureur dans un jardin voisin, on va couper leurs racines et ils vont mourir". La riveraine déplore également, au passage, une nature domptée et un paysage uniformisé.

Le projet de Seine à Vélo remonte à 2015. L'idée, c'est de relier Paris à la mer sur 400km de voies cyclables le long des méandres de la Seine. Un premier tronçon a été inauguré en juin 2018 entre Giverny et Vernon et le chantier se poursuit actuellement entre Vernon et Les Andelys. Les Andelys, où le quai Signac vient justement d'être réaménagé pour accueillir vélos, trottinettes, skates et piétons. Max, cycliste amateur, le découvre: "Je rentre de vacances, c'est super! Faut que ça continue maintenant de l'autre côté!"

Le quai Signac aux Andelys a été réaménagé sur toute sa longueur pour accueillir la Seine à Vélo
Le quai Signac aux Andelys a été réaménagé sur toute sa longueur pour accueillir la Seine à Vélo © Radio France - Anne Bertrand

On l'a vu, cet enthousiasme est loin d'être partagé à Pressagny l'Orgueilleux. Frédéric Duché, vice-président du Département de l'Eure en charge de ce projet Seine à vélo, comprend l'émoi qu'il peut susciter : "Évidemment lorsqu'on doit réfléchir avec les riverains en leur prenant un bout dans le jardin, c'est plus compliqué donc il faut prendre notre temps, expliquer et convaincre." 

L'élu local a plus de mal à entendre les critiques quand elles sont portées par une famille parisienne comme Gallimard : "C'est toujours facile de ne pas être d'accord lorsqu'on habite dans les beaux quartiers parisiens et qu'on ne vit pas forcément sur le territoire. Ce projet de Seine à vélo est aussi un outil de développement touristique. Nous ne sommes pas une région très riche et nous avons besoin de ces infrastructures pour alimenter l'économie locale."

Deux recours ont été déposés devant le tribunal administratif

Déterminé à trouver une solution avec les habitants de Pressagny, le Département se propose - en échange d'un bout de jardin - de consolider les berges devant chez eux, soumises à un effritement régulier et naturel. Comme le fait remarquer Frédéric Duché, "leur jardin allant parfois jusqu'en bord de Seine, ils seront dans quelques années obligés de déplacer leur clôture si la berge n'est pas consolidée"

Une autre solution serait d'éloigner la véloroute de la Seine sur quelques kilomètres. Une réflexion est en cours "sur moins de deux kilomètres", selon le maire de Pressagny, Pascal Mainguy. Une nouvelle réunion est prévue au mois de septembre avec le Département. L'Association Culturelle Bords de Seine (présidée par Claude Franck, un membre de la famille Gallimard) préfère emprunter la voie judiciaire pour infléchir le tracé de la Seine à Vélo : deux recours ont été déposés devant le tribunal administratif.

Reportage des Andelys à Pressagny l'Orgueilleux où le projet de Seine à Vélo ne plaît pas à tout le monde

Choix de la station

À venir dansDanssecondess