Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La sûreté est "satisfaisante" à la centrale nucléaire de Chinon dit l'ASN

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

L'Autorité de sûreté nucléaire a rendu son rapport annuel sur les quatre centrales nucléaires de la région Centre-Val de Loire. La centrale de Chinon maintient un niveau "satisfaisant" dit l'ASN.

La centrale nucléaire de Chinon a connu une année 2019 avec un niveau de sûreté "satisfaisant" dit l'ASN
La centrale nucléaire de Chinon a connu une année 2019 avec un niveau de sûreté "satisfaisant" dit l'ASN © Maxppp - Franck Fouquet

L'Agence de Sûreté Nucléaire a tenu ce mardi 9 juin sa conférence de presse annuelle pour faire un bilan des quatre centrales de la région Centre-Val de Loire. Globalement, la sûreté s'améliore, d'autant qu'à la centrale de Belleville-sur-Loire, dans le Cher, depuis le 1er janvier, la "surveillance renforcée" a été levée. Pour la centrale nucléaire de Chinon, le niveau de sûreté est "satisfaisant" dit l'ASN. L'Autorité note toutefois un "manque de rigueur" dans la préparation de l'activité. L'ASN attend aussi une "amélioration dans la gestion du risque incendie".

Aucune explication pour l'instant sur les rejets de tritium constatés en Loire à Saumur

En janvier 2019, l'Acro, l'association pour le contrôle de la radioactivité dans l'Ouest, avait fait des relevés dans la Loire à hauteur de Saumur. Elle avait identifié des taux anormalement élevés de tritium, de l'hydrogène actif. En février dernier, soit plus d'un an après ces relevés, des associations écologistes dont Sortir du Nucléaire ont porté plainte auprès du procureur de la République de Paris. L'ASN assure encore aujourd'hui ne pas avoir identifié la source de ces rejets. "Une inspection inopinée" à la centrale de Chinon a été faite, "des modélisations" ont aussi été réalisées par son expert technique pour identifier la source, sans résultat. L'ASN compte mener dans les mois à venir une nouvelle campagne de mesures, probablement en 2021, pour tenter de comprendre ce phénomène. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu