Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La taxe d'ordures ménagères va augmenter de près de 10% dans la métropole de Montpellier

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Hérault

La taxe d'ordures ménagères va augmenter de près 10% cette année pour toutes les communes de la métropole de Montpellier. Il faut bien payer le transport de nos ordures vers les autres départements depuis la fermeture de la décharge de Castries explique la majorité.

En attendant de diminuer nos déchets, il faut payer le passif
En attendant de diminuer nos déchets, il faut payer le passif © Maxppp - Jean-Marc Lallemand

La taxe d'ordures ménagères va augmenter de près de 9.35 % cette année pour les habitants de la Métropole de Montpellier. La décision a été votée ce lundi en conseil de métropole, cela représente 20 euros de plus par an et par foyer en moyenne et cela  permettra de générer neuf millions d'euros de budget supplémentaire.  

Une décision motivée par l'importante dette qu'engendre aujourd'hui la gestion des déchets sur la Métropole : 130.000 tonnes de déchets bruts par an qu'on ne peut pas traiter chez nous et qu'il faut donc exporter vers d'autres départements depuis la fermeture de la décharges de Castries. Cela coûte très cher. 

"On doit payer un service en fonction de l'usage qu'on en fait."

"L'enveloppe ne suffit pas. On vient piocher dans le budget général, ce qui est anormal. Ce qui est scandaleux. Le principe d'une redevance, c'est de payer en fonction de l'usage, notamment et de la consommation qu'on fait d'un service. Il est temps maintenant que on arrête de se cacher, que l'on comprenne la difficulté de notre politique et que l'on pousse tous dans le même sens qui est un territoire zéro déchet. Parce que nous n'avons pas d'autre issue." explique François Vasquez, l'élu en charge des déchets à la Métropole de Montpellier 

François Vasquez

La nouvelle majorité a bien l'intention de mettre en place une politique incitative pour réduire la production d'ordures ménagères, notamment une taxe au poids sur les poubelles qui entrera en vigueur en 2024, mais en attendant  il faut bien financer le passif.

"Je prends le défi que personne ne fera mieux que nous lors de ce mandat ailleurs en France"

"Pourquoi faudrait il reporter la dette ? Parce qu'actuellement, notre politique pourrait être suspectée de faire augmenter la taxe sur les déchets pendant sa réalisation. Et personne ne comprendra qu'en fait, c'était la politique précédente qui l'avait augmenté, mais qu'on n'avait pas régularisé. Je prends le défi sur ce mandat qu'aucune autre Métropole en France n'obtiendra les résultats que nous allons obtenir en terme de baisse de production de déchets gris, en terme de prévention et en résultats globaux sur les déchets."

François Vasquez

"Même quelques euros, ce n'est pas rien dans le budget des ménages, est-ce que d'autres pistes ont été étudiées ?"

Du côté de l'opposition, on regrette que la promesse de ne pas augmenter les impôts soit déjà remise en question. "Vous aurez tenu neuf mois, c'est sans doute un record en France !" déplore Alenka Doulain, du groupe "Nous Sommes", qui estime que dans le contexte actuel, cette augmentation de la taxe d'ordures ménagères n'est pas un bon signal envoyé aux habitants de la métropole de Montpellier, fortement touchés par la précarité, même si cela ne représente que quelques euros. 

Par ailleurs Alenka Doulain s'interroge : "On continue d'exporter nos déchets avec un bilan carbone calamiteux et pour essayer de réduire le déficit, on compte sur une hypothétique diminution de la production de déchets. Cependant, je m'interroge est ce que d'autres pistes ont été étudiées? Par exemple, si l'augmentation des coûts est liée à la fermeture de la décharge de Castries, pourquoi ne pas assurer l'autonomie de la Métropole avec une usine de traitement des déchets avec récupération de chaleur, comme c'est fait à Lille, Dijon ou Grenoble? Oui, il il est prévu qu'on réduise notre production de déchets. Mais franchement, il faut être réaliste aussi sur les délais."

Alenka Doulain

D'ici 2023, Michaël Delafosse, le président de la Métropole, espère en effet réduire la quantité de déchets de 40%.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess